Présentation
Les prix décernés
Les membres
Trombinoscope
Programmes des séances mensuelles
Liens utiles

Présentation de l’Académie

Créée en avril 1757, la Société d’étude des sciences et arts de la Ville de Metz se donne en 1759 pour fondateur et protecteur, le maréchal duc de Belle-Isle, gouverneur des Trois-Évêchés. En juillet 1760, le roi Louis XV lui accorde par lettres patentes le statut d’Académie, avec le titre de Société royale des sciences et des arts. Elle compte parmi ses membres Pierre-Louis Lacretelle, Pierre-Louis Roederer, Antoine-Auguste Parmentier. Ses concours ont un grand impact ; en seront lauréats Maximilien de Robespierre en 1784, l’abbé Grégoire en 1787.

Supprimée, comme toutes ses semblables, en août 1793 par la Convention, elle renaît en 1819 sous la forme d’une Société académique des lettres, sciences et arts. Par ordonnance du 5 septembre 1828, Charles X lui octroie le titre d’Académie royale et la reconnaît comme établissement d’utilité publique.

Au cours du XIXe siècle, sa vocation s’affirme plus scientifique que littéraire, en raison de la présence à Metz de l’École pyrotechnique et de la prestigieuse École royale d’artillerie et du génie, école d’application de l’École polytechnique, ainsi que de l’hôpital-amphithéâtre d’instruction des armées. Le mathématicien Victor Poncelet est un de ses membres les plus illustres. Dès 1823, l’Académie de Metz crée la tradition de la séance publique annuelle. Elle institue, en 1826, des cours industriels publics gratuits pour la promotion des ouvriers.

En 1870, l’Académie de Metz se replie sur elle-même, restant française par l’esprit et le cœur. La séance publique est supprimée, les travaux des séances privées sont présentés et publiés en français. Contrainte de se saborder en juillet 1914, l’Académie renaît triomphalement en 1919. Elle compte alors, parmi ses membres, le romancier Maurice Barrès. Elle connaîtra une nouvelle éclipse durant la seconde annexion de 1940 à 1944.

Installée dans ses locaux propres, 20 en Nexirue à Metz, l’Académie possède une riche bibliothèque accueillant étudiants et chercheurs. Elle tient une séance privée mensuelle, d’octobre à juin ; le bilan de ses travaux est présenté en fin d’année au cours d’une séance publique, dans les salons de l’Hôtel de ville ; cette manifestation est un des points forts de la vie culturelle de la cité messine.

Statutairement, l’Académie est composée de 36 membres titulaires, de 32 membres associés libres et de membres correspondants ; elle compte également des membres d’honneur et des membres honoraires. Le préfet de la Moselle, est statutairement président d’honneur de l’Académie.

Le sceau de l’Académie reproduit un buste de Minerve entouré d’attributs et porte en exergue la légende « Académie Nationale de Metz ». Sur le socle est inscrite sa devise : « L’utile ».
L’article 1 des statuts propose à l’Académie de travailler au progrès des lettres, des sciences et des arts, ainsi qu’à la prospérité de l’agriculture et de l’industrie et, également, au développement des relations culturelles avec des organismes ayant les mêmes buts. Elle doit aussi contribuer au rayonnement de la langue française, mission importante dans un département traversé par une limite linguistique, par ailleurs voisin de la Belgique, du Luxembourg et de l’Allemagne (Sarre et Rhénanie-Palatinat).

L’Académie publie ses travaux dans des «Mémoires », à parution annuelle. Elle assurait également depuis, 1928 la préparation et la diffusion de la « Bibliographie lorraine » qui recense toutes les productions écrites concernant la Lorraine, depuis l’invention de l’imprimerie. Les publications se sont échelonnées de 1970 à 2010 par ordre alphabétique de « A » ‘(Aaron) à « M » (Metz.)

L’Académie est membre de la Conférence Nationale des Académies des sciences, lettres et arts, sous l’égide de l’Institut de France.

L’Académie est membre de la Conférence Nationale des Académies des sciences, lettres et arts, sous l’égide de l’Institut de France.

Les prix décernés par l’Académie

 

L’Académie nationale de Metz s’ouvre régulièrement au public chaque année lors de la séance solennelle qui se déroule traditionnellement dans les salons de l’hôtel de ville de Metz. Celle-ci se partage entre le discours du président, la conférence d’un invité d’honneur, la relation des activités de l’année académique et la remise de prix littéraires, juridiques, scientifiques, artistiques et de mérite. Chèques ou médailles accompagnent les diplômes distribués. L’Académie peut, certes, honorer des personnes ou des associations déjà distinguées par ailleurs, mais, dans une perspective de dynamisation de la vie culturelle et sociale régionale, son action vise plutôt à sortir de l’ombre talents et mérites. Modestement mais sûrement, chaque personne ou chaque association distinguée reçoit à cette occasion un message de gratitude et d’encouragement. Les prix de mérite remplacent aujourd’hui les prix de vertu. Altruisme et générosité du cœur en sont les maîtres mots.

Quelques prix portent des noms particuliers, ils pérennisent le souvenir de généreux donateurs.

Le prix Chabot-Didon
Léon Emile Victor Chabot, dit Chabot-Didon, décédé le 11 septembre 1925, fit de l’Académie sa légataire universelle. Ce Parisien avait vu le jour en 1877, était entré à l’Ecole commerciale de Vincennes en 1894 et avait suivi les cours de
l’Institut commercial de Paris (la future HEC). A l’âge de vingt ans, il partit pour l’Indochine. A son retour en France en 1903, il se fixa à Paris. Homme d’affaires fortuné, il conserva toujours un goût très vif pour les activités intellectuelles. Ses carnets montrent qu’il était animé d’une imagination bouillonnante. Parmi ses projets, il envisagea de regrouper les Lorrains de Paris et de créer une Fondation lotharingiste. Durant toute sa vie, lui qui se considérait comme un « exilé » à Paris, resta viscéralement attaché au Pays messin, d’où était originaire sa famille paternelle.

Dans son testament en faveur de l’Académie qu’il rédigea le 5 août 1914, il stipulait qu’il ne deviendrait exécutoire que si Metz redevenait française à l’issue de la guerre qui commençait et à condition que l’Académie publie une bibliographie de la Lorraine.
Pour honorer la mémoire de son généreux donateur, l’Académie institua un prix à son nom qui fut attribué entre 1928 et 1933. En 1996, il fut décidé de rétablir le prix Chabot-Didon, qui distingue tous les deux ans une personnalité ou une association dont le renom et les activités honorent notre région.

Le prix Hinzelin

Emile Hinzelin, né à Nancy en 1857, se fit connaître à Paris par sa plume d'écrivain et de journaliste. Il était de ceux qui, au début du XXe siècle, attendaient avec impatience le retour de l'Alsace et de la Lorraine dans le giron de la France. Bien que les horreurs de la guerre l'aient profondément ébranlé, il la considéra comme un mal inéluctable, dicté par le droit. Et à partir de 1918, il ne cessa de rendre hommage à l'héroïsme des soldats et à la science de leurs chefs.

En 1945, sa veuve décida de perpétuer son souvenir en versant à l'Académie, dont il était membre d'honneur depuis 1925, un capital de 40 000 francs, à charge pour elle de récompenser chaque année une publication à caractère patriotique. Cette orientation, délibérément liée à la notion de revanche, s'est érodée avec le temps et le prix Hinzelin récompense aujourd'hui des travaux d'histoire à caractère régional.

Le prix Herpin

À sa mort survenue à Nice en 1872, le docteur Herpin a laissé une imposante bibliographie de ses œuvres imprimées relevant de domaines très variés, tels que l'économie rurale et domestique, la médecine, l'hygiène, la météorologie et l'agronomie. Jean-Charles Herpin était né le 7 avril 1798 à Metz, en Fournirue, où son père tenait un commerce de draps. Mais dès 1823, il partit à Paris pour y poursuivre des études de médecine et devint Parisien. Il partagea sa vie entre la diffusion de l'éducation sanitaire et l'organisation de grandes enquêtes sur la santé, l'agriculture et la nature.

Le hasard avait voulu qu'il soit entré très jeune à l'Académie. Il en avait même accepté le secrétariat quand son départ à Paris l'empêcha de poursuivre son mandat de cinq ans. Quoi qu'il en soit, il voua tout au long de sa vie une grande fidélité à l'Académie. Il décida en 1871 de la doter d'une rente de 200 francs pour récompenser tous les quatre ans un travail d'intérêt spécial.

Le prix Vever

La famille Vever faisait partie des grandes familles d'orfèvres français du XIX siècle. Mais elle n'oublia pas ses origines et se souvint de son ancêtre, un enfant orphelin du début du siècle qui avait eu la chance d'être placé en apprentissage à Metz chez un joaillier qui lui fit partager ses talents. Le développement des affaires le conduisit de Metz à Paris où il tint boutique rue de la Paix.

En 1926, Henri Vever, bijoutier et artiste de grande renommée, décida de faire un don de 10 000 francs en faveur de l'Académie nationale de Metz dont il était membre honoraire, en souvenir des origines messines de sa famille. Sa générosité s'assortit d'une exigence : il demanda que l'Académie distingue chaque année un jeune apprenti, artisan ou ouvrier d'art originaire de la Moselle.

Le prix Ladoucette

Le nom de Ladoucette renvoie à une lignée de notables messins issus d'un aïeul médecin au XVIIIè siècle. La famille fut anoblie sous le Premier Empire et Charles de Ladoucette, fils de préfet, représenta la Moselle à l'Assemblée Législative au milieu du XIXè siècle. Président du conseil général de la Moselle pendant de nombreuses années, il demeura sénateur de 1852 jusqu'à son décès survenu en 1869. L'homme occupait,  en outre, une place au Conseil d'Etat et devint maire du 8è arrondissement de Paris en 1867. Il se plaisait aussi à écrire des fables dans ses moments de loisirs.

Alors qu'il mourut sans héritier direct, sa fille unique l'ayant précédé dans la tombe, il plaça l'Académie, dont il était membre correspondant depuis 1844, parmi ses légataires. Cette générosité s'assortit pour l'Académie d'un engagement, celui d'encourager et de récompenser des actes de charité et de dévouement. La succession n'était pas réglée quand la guerre de 1870 éclata et ce n'est finalement qu'en 1886 que l'Académie put recevoir ce legs.

Le prix colonel Bouchotte

Le prix Bouchotte renvoie au colonel Charles Jean-Baptiste Bouchotte, né le 4 novembre 1770. Ce neveu de Pilâtre de Rozier entra à l'école militaire de Châlons-sur-Marne où il se prépara à une carrière d'officier, qu'il conduisit à la tête des armées révolutionnaires puis impériales. Il n'avait que 45 ans en 1815 quand il choisit de prendre sa retraite de colonel d'artillerie et de se fixer à Metz. Il y mena une vie de notable estimé de ses concitoyens et s'engagea dans la politique : il fut successivement conseiller général de la Moselle, député en 1830 et conseiller municipal de Metz. Promu membre titulaire de l'Académie en 1825, il se plut alors à exposer devant ses confrères ses dernières découvertes en agronomie et à leur faire partager sa nouvelle passion. Il s'efforça de diffuser des observations destinées à améliorer la culture de la vigne. En 1823, il se lança dans la greffe de châtaigniers nains d'Amérique sur des châtaigniers communs en vue d'obtenir des châtaignes comestibles de qualité.

Le colonel Bouchotte, qui mourut le 25 janvier 1852, était l'oncle d'Emile Jean-Didier Bouchotte, maire de Metz en 1830. Il avait décidé par acte du 2 novembre 1829 de léguer à l'Académie les sommes que devait lui verser l'Etat au titre de la Légion d'honneur. En contrepartie, cette dernière devait distribuer des prix d'encouragement à l'agriculture, à l'industrie et à l'enseignement primaire. Les lois prises sous la Seconde république firent tomber les exigences liées à l'enseignement primaire.

Le prix Mademoiselle Bouchotte

Mademoiselle Charlotte Françoise Bouchotte (1814-1891), fille du colonel Charles Jean-Baptiste Bouchotte, vécut à Metz au 4 bis de la rue du Pont Saint-Marcel, à une époque où les femmes étaient exclues de l'Académie.

Demeurée célibataire, elle décida de léguer à l'Académie la somme de 8000 Marks pour financer un prix de vertu « à l'instar du prix Monthyon », du nom du baron qui fonda à Paris en 1782 les premiers prix de vertu décernés par l'Académie française.

Le prix Pêcheur

Jean-François Pêcheur, né le 3 novembre 1833 et décédé à Metz le 14 janvier 1893, a traversé la vie de manière très discrète. Ancien notaire, nommé secrétaire en chef de la mairie de Metz en 1874 sous le mandat de Paul Bezançon, il conserva ces fonctions lorsque ce dernier, jugé trop francophone, fut remplacé par un administrateur allemand. Aux élections de 1886, les anciens messins perdirent la majorité au conseil municipal. Pécheur démissionna et sollicita sa mise à la retraite.

En 1892, il légua à l'Académie, dépositaire de la culture et de la langue françaises,  20 obligations de chemin de fer PLM et 60 obligations de la Société des Chemins de Fer de l'Est, soit un legs considérable.

Membres de l'Académie 2023

 

Président d'honneur

M. Laurent TOUVET, Préfet du département de la Moselle

 

Bureau de l’année académique 2022-2023

Président : M. Raymond OLIGER
Vice-président : M. Denis SCHAMING
Président honoraire : M. Pierre BRASME
Secrétaire général : M. Pierre BRONN
Secrétaire des séances : Mme. Monique HECKER
Trésorier : M. Gérard MICHAUX
Bibliothécaire-archiviste : M. Christian JOUFFROY
Secrétariat administratif : Mme. Hélène BODIN

Membres d’honneurs
  1. F   1983   M. Dominique Ponnau, directeur honoraire de l’École du Louvre, 21 rue Théophraste Renaudot, 75015 Paris.
  2.    1987   M. Jacques Caen, membre de l’Académie nationale de Médecine, 32 avenue Charles Floquet, 75007 Paris.
  3.    1992   M. Jean Cluzel, membre de l’Académie des Sciences morales et politiques, 12 villa Dupont, 75116 Paris.
  4.    1998   M. Marc Gentilini, membre de l’Académie nationale de Médecine, Paris.
  5.    2000   M. Gérard Longuet, sénateur, ancien président de la Région Lorraine, Paris.
  6.    2002   Mme Bernadette Malgorn, ancien préfet de la Région Lorraine, Brest.
  7.    2002   Mme Marie-Claude Bomsel, professeur au Museum d’Histoire Naturelle, 25 rue Barrault, 75013 Paris.
  8.  2005   M. Roland Recht, professeur au Collège de France, membre de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 37 rue Principale, 67280 Niederhaslach.
  9.   2006  M. Gabriel de Broglie, chancelier de l’Institut, 23 quai de Conti, 75006 Paris.
  10.   2007   M. Philippe Taquet, professeur émérite au Museum National d’Histoire naturelle, membre de l’Académie des Sciences, 8 rue Buffon, 75005 Paris.
  11.   2008   M. Dominique Gros, ancien maire de Metz, 
  12.   2008   M. François Biltgen, juge à la Cour de justice de l’Union européenne, ancien ministre, 18 rue des Noyers, 4265 Esch-sur-Alzette, (Luxembourg).
  13.   2010   M. Pascal Péran, général (2e s.), ancien gouverneur militaire de Metz.
  14.   2011   M. Jean-Luc Bohl, maire de Montigny-lès-Metz, ancien président de Metz Métropole, ancien premier vice président du Conseil régional du Grand  Est.
  15.   2011   S. Em. le cardinal Paul Poupard, président émérite du Conseil pontifical pour la culture, Cité du Vatican.
  16.   2014   Mgr Jean-Christophe Lagleize, évêque de Metz.
  17.   2015   M. Philippe Claudel, écrivain, réalisateur-scénariste, membre de l’Académie Goncourt.
  18.   2019   M. Christian Streiff, industriel.
  19.   2021   M. Etienne François , professeur émérite à l’Université Paris Panthéon-Sorbonne et à l’Université Libre de Berlin.
  20.   2022   M. Gilles Pécout, président de la Bibliothèque nationale de France, ancien ambassadeur de France en Autriche, ancien recteur de l’Académie de Paris, ancien recteur de l’Académie Nancy-Metz
  21.   2022   M. Michel Louyot, écrivain, prix Erckmann-Chatrian 2016
  22.  2023    M. François Villeroy de Galhau, gouverneur de la Banque de France
Membres titulaires
  1.   1986   M. Gérard Michaux, maître de conférences honoraire à l’Université de Lorraine, ancien vice-président de l’Université de Metz, 27 rue des Frières, 57050 Metz.
  2.    1992  M. Charles Hiegel, conservateur en chef honoraire du Patrimoine (Archives), 23 rue du 19 Novembre, 57070 Metz.
  3.    1992  Mme Jeanne-Marie Demarolle, professeur émérite à l’Université de Lorraine, ancien président de la Conférence Nationale des Académies, 37 rue du général Clinchant, 54000 Nancy.
  4.    1997  M. Gérard Nauroy, professeur émérite à l’Université de Lorraine, ancien président de l’Université de Metz, 1 rue de Nancy, 57130 Jouy-aux-Arches
  5.    2001  M. Philippe Hoch, conservateur en chef du Patrimoine, conservation des Musées et du Patrimoine, département de la Moselle, direction de la culture et du tourisme, 25 rue de Wricholles, 57680 Corny-sur-Moselle.
  6.    2002  M. Marie-Bernard Diligent, psychiatre honoraire des hôpitaux, 41 allée des Platanes, 57530 Les Étangs.
  7.    2006  M. Pierre-Edouard Wagner, conservateur en chef honoraire à la médiathèque Verlaine de Metz, 5 rue Émile Michel, 57050 Metz.
  8.    2006 M. Jean-Paul Petit, conservateur en chef du Patrimoine, directeur du parc archéologique européen de Bliesbruck-Reinheim, 9 rue des Jardins, 57200 Blies-Ebersing.
  9.    2007  M. Christian Jouffroy, docteur en médecine, 12 rue aux Ours, 57000 Metz.
  10.  2009  Mme Laurette Michaux, professeur honoraire à l’IUFM de Lorraine, 27 rue des Frières, 57050 Metz.
  11.  2009  Mme Line Skorka, conservateur général honoraire du Patrimoine (Archives), 60 rue Charles de Gaulle, 88480 Étival- Clairefontaine.
  12.  2011  M. Christian Pautrot, professeur honoraire, président honoraire de la Société d’histoire naturelle de la Moselle, 30 rue Erpegny, 57640 Sainte-Barbe.
  13.  2011  M. Pierre Labrude, professeur émérite à la faculté de pharmacie de l’Université de Lorraine, 18 avenue Sainte Anne, 54520 Laxou.
  14.  2012  Mme Désirée Mayer, professeur agrégé d’hébreu honoraire, 43 clos des Acacias, 57155 Marly.
  15.  2013  M. Pierre Brasme, professeur honoraire, président honoraire de la Société d’histoire de Woippy, 3 rue du Maréchal Ney, 57140 Woippy.
  16.  2014  M. Jacques Sicherman, ingénieur général honoraire des Ponts et Chaussées, 4 rue Gambetta, 57000 Metz.
  17.  2015   M. Raymond Oliger, président de banque, 2 rue des Rougeotties, 57140 Saulny
  18.  2015   M. Pierre Bronn, chirurgien honoraire à l’hôpital Saint-André, président de la Société des sciences médicales de la Moselle, 39 rue des Carrières, 57070 Saint-Julien-lès-Metz.
  19.  2016  M. Raymond Baustert, professeur émérite à l’Université du Luxembourg, 12 rue de l’Usine, 4490 Belvaux (Luxembourg).
  20.  2017  M. Denis Schaming, administrateur général honoraire, 1 rue de Châtel-St-Germain, 57160 Lessy.
  21.  2017  M. Jacques Callanquin, docteur en pharmacie, 6 bis rue Laveran, 57070 Metz.
  22.  2018  M. Nicolas Brucker, maître de conférences habilité à diriger des recherches (HDR) à l’Université de Lorraine, directeur du département de lettres modernes, 61 rue Chabert, 57070 Metz.
  23.  2018  Mme Christiane Massel, plasticienne – coloriste, 2 allée de Londres 57950 - Montigny-lès-Metz.
  24.  2019  M. Serge Perrine, ingénieur général des Mines en retraite, 5 rue du Bon Pasteur, 57070 Metz.
  25.  2020  M. Francis Kochert, journaliste honoraire, 43 rue Serpenoise, 57000 Metz.
  26.  2020  Mme Germaine Goetzinger, directrice honoraire du Centre National de Littérature, 14 rue Edmond Dune, 1409 Luxembourg (Luxembourg).
  27.  2021  M. Jean-Luc Demandre, chargé de mission à l’association « 14-18 Meuse », président de « Connaissance de la Meuse », 65 boulevard Poincaré, 55000 Bar-le-Duc.
  28. 2022   M. Jean-Marie Yante, professeur émérite à l’Université catholique de Louvain, 28 rue Seyler, 6700 Arlon (Belgique).
  29. 2022   M. Jacques Mercier, directeur musical honoraire de l’Orchestre national de Lorraine, 31 rue Belletanche, 57070 Metz.
  30. 2022   M. Christian Antoine, directeur honoraire de la région SNCF de Lorraine, 87 rue des Carrières, 57070 Metz.
  31. 2023   Mme Catherine Bonichot, notaire, 9 rue Ausone, 57000 Metz.
  32. 2023   Mme Elena Di Pede, professeur à l'Université de Lorraine, 3 rue Pierre Perrat, 57000 Metz.
  33. 2023   Mme Patricia Gérardin, professeur honoraire, artiste graveur, 5 rue Marie Sautet 57000 Metz.
  34. 2023   M. Philippe Brunella conservateur en chef du Patrimoine, directeur du musée de la Cour d’Or-Metz Métropole, 148 rue de Grigy, 57070 Metz.
  35. 2023   Mme Marie-Reine Demollière, ancienne directrice artistique de la Scola Metensis, 17 quai Paul Wiltzer, 57000 Metz.
  36. 2024   M. Gérard Giuliato, professeur émérite d’archéologie médiévale à l’Université de Lorraine, 22 rue de la Haie le Comte, 54130 Saint-Max.
Membres honoraires

  

La date indiquée pour les membres honoraires est celle de leur admission comme membre titulaire.

  1.    1958   M. Jean Colnat, conservateur général honoraire du Patrimoine (Archives), « Les Bougainvillées », 2 bd Delaup, 06400 Cannes.
  2.    2002   M. François Belin, ingénieur honoraire aux H.B.L., 24 rue Principale, Dourd’hal, 57500 Saint-Avold.
  3.    2003   Mme Marie-Antoinette Kuhn, historienne de l’art, 30 rue Jules- Lagneau, 57000 Metz. 
  4.    2004   M. l'abbé René Schneider, maître de conférences honoraire à l'Université de Lorraine, 6bis rue Henri Dunant, 57050 Saint-Julien-lès-Metz
  5.    2005   Mme Nadia Devinoy, architecte honoraire des Bâtiments de France, 90 rue d’Assas, 75006 Paris.
  6.    2006   M. Jacques Bloch, médecin honoraire du CHR Metz-Thionville, 2 bis rue du Père Scheil, 57000 Metz.
  7.    2006   M. Jean-Paul Hennequin, docteur en médecine honoraire, 72 rue des Chenets, 57050 Longeville-lès-Metz.
  8.    2006   M. Jean David, professeur honoraire à l’Université de Lorraine, président fondateur de l’Université franco-allemande, 4 rue de la Côte, 57050 Le Ban-Saint-Martin.
  9.    2008   Mme Christiane Pignon-Feller, docteur en histoire de l’art, 49 rue Bel-Air, 57000 Metz.
  10.  2009   M. le chanoine Robert Féry, 3 rue du 11 Novembre, 57950 Montigny-lès-Metz.
  11.  2010   M. Jean-Claude Laparra, général (2e S.), 30 rue des Tilleuls, 57070 Metz.
  12.  2012   M. Jean-Bernard Lang, pharmacien, docteur en histoire moderne, 1 clos Saint Clément, 57050 Lorry-lès-Metz.
  13.  2013   Mme Monique Sary, conservateur en chef honoraire du Musée de la Cour d’Or – Metz Métropole, 58 avenue Robert-Schuman, 57950 Montigny-lès-Metz.
  14.  2014   Mme Rosette Choné, docteur en histoire, artiste, 18bis en Nexirue, 57000 Metz.
  15.  2019   Mme Monique Hecker, journaliste honoraire, 25 rue Haute, 57535 Bronvaux
  16.  2020   M. le chanoine Gabriel Normand, chanoine d'honneur de la cathédrale, 128 avenue de Strasbourg, 57070 Metz.

 

Membres associés libres
  1.    2005   Mme Ursula Schattner-Rieser, professeur assistant à l’Université de Köln Martin-Buber-Institut für Judaistik.
  2.    2006   M. Maurice Noël, professeur honoraire, 13 rue de l’Avant-garde, 54340 Pompey.
  3.    2012   M. Michael Sander, Archivdirektor en retraite, Scheidter Strasse 87, 66123 Saarbrücken (Allemagne).
  4.    2013   M. Émile-Pierre Guéneau, docteur en géographie, professeur honoraire, 10 rue du Maréchal Juin, 57000 Metz.
  5.    2013   Dr Rolf Wittenbrock, proviseur honoraire du lycée franco-allemand, directeur du Pôle Europe à l’Université de Sarre, Falkenweg 7, Bübingen, 66129 Saarbrücken (Allemagne).
  6.    2015   Mme Marie-Anne Vannier, professeur à l’Université de Lorraine, 8 rue Ladoucette, 57000 Metz.
  7.    2016   M. Philippe Walter, professeur émérite à l’Université de Grenoble Alpes, 1 rue des Jardins, 57640 Vigy.
  8.    2019   M.Gérard Giuliato, professeur émérite d’archéologie médiévale à l’Université de Lorraine, 22 rue de la Haie le Comte, 54130 Saint-Max.
  9.    2021   M. Pierre Becq, antiquaire, expert judiciaire, 5 rue Gambetta, 57000 Metz.
  10.  2021   M. Philippe Tondon, architecte, 8 rue Richelieu, 57000 Metz.
  11.  2021   M. Jean-Pierre Jager, journaliste, fondateur de La Semaine de Metz, 5 avenue de Blida, 57000 Metz.
  12.  2022   M. Franck Colotte, professeur et enseignant-chercheur associé à l’Université de Luxembourg, 37 rue des Prés, 57330 Volmerange-les-Mines.
  13.  2022   M. Jean-Marie Says, écrivain, journaliste honoraire, 40 rue Principale, 57980 Tenteling.
  14.  2023   M. Jean-Paul Aubé, professeur honoraire, 12 rue du Cdt Chaudron, 54200 Toul.
  15.  2023   Mme Marie-Agnès Mirguet, conseiller honoraire à la Cour de cassation, 13 allée des Pins, 57155 Marly.
  16.  2024   Mme Anne Adrian, conservateur au Musée de La Cour d'Or - Eurométropole de Metz, 4 rue du Haut Poirier, 57000 Metz.
  17.  2024    M. Jean-Joël Griesbeck, maître de conférences honoraire à l’Université de Lorraine, 7 rue Ferdinand-Guépratte, 57130 Ancy-sur-Moselle.
Membres correspondants

a, 

  1.   1967    M. Jean-Sébastien Béreau, chef d’orchestre, professeur honoraire du Conservatoire national Supérieur de Paris.
  2.    1972   M. Claude C. Sturgill, professeur honoraire, 630 N.E. 10th Ave, Gainesville, Floride 32601 (U.S.A.).
  3.    1972   M. François Pétry, conservateur régional honoraire de l’Archéologie d’Alsace, 45 bd d’Anvers, 67000 Strasbourg.
  4.    1977   M. Simon Schwarzfuchs, professeur émérite à l’Université Bar-Ilan à Ramat Gan, 36 Harav Berlin, Jérusalem (Israël).
  5.    1984   M. Hans-Walter Herrmann, Ministerialrat, directeur honoraire du Landesarchiv de Sarrebruck, Buchschacherstrasse 8, 6601 Riegelsberg (Allemagne).
  6.    1984   M. Pierre Verdier, avocat, ancien directeur des affaires sanitaires et sociales, 6 chemin des Nouillons, 57160 Lessy.
  7.    1985   M. Roland Thomas de Pange, entrepreneur de travaux forestiers, château de Pange, 57530 Pange.
  8.    1989   M. Guy Villaros, chirurgien honoraire à l’hôpital Belle-Isle, 16 rue de Pont à Mousson, 57000 Metz.
  9.  1991   M. Patrick de Villepin, président de sociétés, historien, 19bis hameau de Boulainvillers, 75016 Paris.
  10.  1993   M. Alfred Wahl, professeur émérite à l’Université de Lorraine, 67 boulevard d’Anvers, 67000 Strasbourg.
  11.  1995   M. Alain Atten, conservateur honoraire des Archives nationales, 24 rue Jean L’Aveugle, 1148 Luxembourg (Luxembourg).
  12.   2002  M. Thierry Lentz, directeur de la Fondation Napoléon, 68 rue de la Glacière, 75013 Paris.
  13.   2003  M. Richard Lioger, député de la Moselle, ancien président de l’Université de Metz, adjoint au maire de Metz, Hôtel de ville, 57000 Metz.
  14.   2004  Mme Ilona Hans-Collas, docteur en histoire de l’art, 13 avenue Gutenberg, 92800 Puteaux.
  15.   2007  Mme Annette Lexa-Chomard, docteur ès sciences, consultante en (éco) toxicologie règlementaire, 12 rue du Général de Gaulle, 57130 Jouy aux  Arches.
  16.    2007  Mme Laurence Potvin-Solis, professeur à l’Université de Caen-Normandie.
  17.    2007  M. Pierre Halen, professeur à l’Université de Lorraine, 18bis rue Edgar Reyle, 57070 Metz.
  18.    2009  M. Godefroy Kugel, directeur honoraire de l’École nationale supérieure des Arts et Métiers ParisTech, centre de Metz, 13 allée des Arts, 14000 Caen.
  19.    2009  M. Philippe Bard, président du conseil de surveillance de Demathieu & Bard SA, 12 rue Maurice Bompard, 57070 Metz.
  20.    2010  M. Michel Grunewald, professeur émérite à l’Université de Lorraine, 94 rue des Mélèzes, 57070 Metz.
  21.    2010  M. Ioannis Kontaxopoulos, juriste au Conseil de l’Union Européenne, juge à la Cour des comptes hellénique.
  22.    2011  M. André-Pierre Syren, conservateur général, directeur du département de la valorisation et du développement des services, Ecole nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques, Villeurbanne.
  23.    2012  M. André d’Aligny, président de chambre honoraire à la Cour d’appel de Metz, 20 place Saint-Simplice, 57000 Metz.
  24.    2012  M. Jacques Arnould, chargé de mission pour les questions éthiques au Centre national d’études spatiales, 2 place Maurice Quentin, 75039 Paris cedex 1.
  25.    2012  M. Pierre Schumacher, architecte honoraire, 18 av. Gaston Diderich, 1420 Luxembourg (Luxembourg).
  26.    2013  M. Bernard Michel, magistrat honoraire, 47 Grand rue, 57130 Jouy-aux-Arches.
  27.    2013  M. Michel Vorms, avocat au barreau de Metz, 62 rue du XXe Corps américain, 57000 Metz.
  28.    2013  M. Laurent Le Bon, directeur du Centre Pompidou-Paris.
  29.    2014  M. Jacques Walter, professeur à l’Université de Lorraine, 27 rue de la Victoire, 57950 Montigny-lès-Metz.
  30.    2014  Mme Marie-Françoise Thull, présidente du Secours Populaire Français - région Lorraine, 17 rue Dominique Brotteau, 57155 Marly.
  31.    2014  Mme Catherine Barthelémy, président directeur général du groupe Manuloc, 6 en Nicolairue, 57000 Metz.
  32.    2014  M. Pierre Seck, professeur émérite à l’Université du Luxembourg, 13 rue Tony Neuman, 2241 Luxembourg (Luxembourg).
  33.    2015  M. Khalifé Khalifé, docteur en médecine, chef de service, président de la commission médicale du Centre Hospitalier Régional Metz- Thionville, 15 rue des Mélèzes, 57070 Metz.
  34.    2015  M. Michel Polfer, directeur du Musée national d’histoire et d’Art, Marché aux Poissons, 2345 Luxembourg (Luxembourg).
  35.    2015  M. Jean-Frédéric Chevalier, professeur à l’Université de Lorraine, 15 rue Saint-Vincent, 57050 Plappeville.
  36.    2015  M. Philippe Baudry, violoncelle-solo de l’Orchestre national de Metz-Grand Est, fondateur du « Salon de Musique », 33 rue des Pépinières, 57050 Longeville-lès-Metz.
  37.    2016  M. Gérard Maas, médecin radiologue honoraire, 23 rue Robert Schuman, 57160 Scy-Chazelles.
  38.    2016  M. Jacques Fleurentin, pharmacien, président fondateur de la Société Française d’Ethnopharmacologie à Metz, rue des Roches, 57000 Metz.
  39.    2016  M. Gabriel Diss, conservateur en chef honoraire du musée départemental Georges de La Tour, 17 rue du Pont Neuf, 57630 Vic-sur-Seille.
  40.    2017  M. Abdallah Ougazzaden, directeur de Georgia Tech de Lorraine, 36 rue du Longeau, 57155 Marly.
  41.    2018  M. Roger Cayzelle, président de l’Institut de la Grande Région, 42 rue Chabert, 57070 Metz.
  42.   2019  M. Dominique Wein, directeur général honoraire de la Banque Populaire Alsace Lorraine Champagne, 38 rue Chabert, 57000 Metz.
  43.    2020  M. Robert Wennig, professeur émérite à l'Université de Luxembourg, 143 rue de Trèves L 2630 Luxembourg.
  44.    2021  M. Jean-Claude Tosi, délégué départemental de la Fondation du Patrimoine, 3 rue des Roches, 57000 Metz.
  45.    2021  Mme. Monique Bernard, professeur de lettres honoraire, Ebersbacher Weg 1, D 91077 Neunkirchen am Brand.
  46.    2021  Mme. Anne-Marie Carlier, libraire, Librairie Autour du monde, 44 rue de la Chèvre, 57000 Metz.
  47.    2022  M. Gérard Gensinger, médecin psychiatre honoraire, 9 rue du Wad-Bouton, 57000 Metz.
  48.    2022  M. Lukas Clemens, professeur d’histoire médiévale et de sciences auxiliaires de l’histoire à l’Université de Trèves, Oberstraße 1, D-54317 Gutweiler
  49.    2022  M. Maurice Rausch, ancien directeur des Presses Universitaires de Lorraine, Université de Lorraine, 36 route de Woippy 57050 Metz.
  50.    2022  M. Julien Léonard, maître de conférence en histoire moderne à l’Université de Lorraine, coresponsable de l’axe Histoire des faits religieux du Centre Régional Universitaire Lorrain d’Histoire, 21 rue du Général Metman, 57070 Metz.
  51.    2022  M. Marc Friedrich, ancien directeur des activités d’expertises en direction technique Europe à Arcelor Mittal, 93 grand rue, 57050 Lorry-lès-Metz.
  52.    2022  Mme. Michèle Larchez, experte communication honoraire, 35 rue de la Charmille, 57530 Les Etangs.
  53.    2023  M. Jean-Pierre Vidit, psychologue clinicien, psychanalyste, ancien chargé de cours à  l’Université Nancy 2, président du Cercle Lyrique de Metz, 8 place Valladier 57000 Metz.
  54.    2023  M. Dominique Toussaint, radiologue, 2c allée du parc des couvents, 57940 Montigny-lès-Metz.
  55.    2023  M. Hervé Brouillet, proviseur, 37 rue de la Victoire, 57940 Montigny-lès-Metz (ⴕ)
  56.    2023  Mme Catherine Bourdieu, maîtresse de conférence en histoire de l'art, 54 rue de la Mine, 57860 Montois-le-Montagne.
  57.    2023  M. Antoine Fittante, avocat, 7 rue de la Forêt, 57140 Woippy.
  58.    2023  M. Michel Kratz, conseil en stratégie d'entreprise, 5 rue des roches 57000 Metz.
  59.    2023  M. Hervé Obed, chef d'entreprise, 3 impasse de la Corvée, 57050 Plappeville.  
  60.    2023  M. Cédric Burgun, prêtre catholique du diocèse de Metz, vice-doyen de la Faculté de droit canonique de l’Institut Catholique de Paris, directeur du Séminaire Universitaire de l’Institut catholique de Paris, Séminaire des Carmes, 21 rue d’Assas, 75006 Paris.
  61.    2023  M. Pascal Trunck, pasteur de la Paroisse réformée du Temple Neuf, 10 rue du 19 novembre, 57070 Metz.
  62.    2024  M. Joël Beck, expert en communication institutionnelle, de sécurité et de gestion de crise, 5 rue de Bretagne, 57410 Rohrbach
  63.    2024  M. Nicolas Le Clerre, professeur certifié d'histoire et géographie, conservateur des antiquités et objets d'art du département de la Meuse, 23 rue Montgauld 55100 Verdun

Membres titulaires

Christian ANTOINE

Né en 1947 à Morhange (Moselle), Christian ANTOINE est directeur honoraire de la SNCF, ancien auditeur de l'Institut des Hautes Etudes de la Défense Nationale (1991).Après une maîtrise d'histoire à l'université de Nancy, et un service militaire en tant que sous-lieutenant dans l'arme du Train, il entre à la SNCF en 1972 comme cadre du service de l'exploitation. Auditeur du Centre d'études supérieures de l'exploitation de la SNCF, il occupe de nombreux emplois en Lorraine à partir de 1983 comme directeur d'établissement exploitation à Longwy puis à Nancy, avant de rejoindre l'Inspection générale de la SNCF à Paris. DRH de la région SNCF de Metz-Nancy en 1990, il est promu directeur-adjoint du cabinet du Président de la SNCF en 1995. Directeur délégué chargé des relations sociales de la SNCF à Paris, il devient ensuite directeur régional de la SNCF en Lorraine en 1998 en charge, entre autres, de négociations pour l'arrivée du TGV, de la régionalisation du TER et des sillons internationaux du fret. Il termine sa carrière comme PDG de deux filiales de la SNCF, l'Immobilière des chemins de fer du Nord Est et celle de Sud Est Méditerranée (2003-2012).

 

Raymond BAUSTERT

Né en 1946 à Belvaux (Grand-Duché de Luxembourg), Raymond BAUSTERT est Professeur émérite de littérature française du XVIIe siècle à l'Université du Luxembourg.

Titulaire du doctorat en philosophie et lettres de la collation des grades luxembourgeoise et du doctorat d'État français (Nancy II), il a enseigné l'histoire de la littérature française du XVIIe siècle au Centre Universitaire de Luxembourg devenu par la suite Université du Luxembourg. Il y a dirigé la section des Études françaises jusqu'en 2008. Membre correspondant de l'Académie Nationale de Metz en 2001, associé libre en 2011, il a été élu titulaire en 2016.

Sa recherche porte sur les sources de la pensée française du XVIIe siècle, notamment dans l'œuvre de Malherbe, dans la littérature consolatoire du premier XVIIe siècle, dans les traités d'eschatologie du XVIIe siècle, les incidences de la pensée française du XVIIe siècle au Luxembourg, la présence du Luxembourg dans les textes français du XVIIe siècle.

 

Choix de cinq publications
  1. L'univers moral de Malherbe. Étude de la pensée dans l'œuvre poétique. Berne/Berlin/Paris, Peter Lang, coll. Publications universitaires européennes, Série XIII- Langue et Littérature françaises, n° 222, 1997, vol 1 : 553 p., vol. 2 : 425 p.
  2. La Consolation érudite. Huit études sur les sources des lettres de consolation de 1600 à 1650, Tübingen, G. Narr, coll. Biblio 17, N° 141, 2003, 387 p.
  3. La Querelle janséniste extra muros ou la polémique autour de la Procession des Jésuites de Luxembourg, Tübingen, G. Narr, coll. Biblio 17, N° 162, 2006, 192 p.
  4. Le jansénisme et l'Europe. Actes du colloque international organisé à l'Université du Luxembourg, 8-10 novembre 2007. Textes édités avec répertoire bibliographique et index par Raymond Baustert, Tübingen, G. Narr, coll. Biblio 17, N° 188, 2010, XIII-402 p.
  5. Un Roi à Luxembourg. Édition commentée du Journal du Voyage de Sa Majesté [Louis XIV] à Luxembourg, Mercure galant, Juin 1687, II, (Seconde Partie). Introduction, notes, bibliographie et index par Raymond Baustert, Tübingen, G. Narr, coll. Biblio 17, N° 207, 2015, 522 p.
Catherine BONICHOT

Née  en 1955 à Lyon (Rhône), elle passe sa maîtrise de droit à Metz, puis son diplôme supérieur de notariat (DSN) à Nancy.

Elle soutient son mémoire de DSN à Nancy en 1983 sur "La publicité foncière et la pratique notariale : comparaison entre le livre foncier et la conservation des hypothèques".

Après avoir réussi le concours d'accès aux fonctions de notaire en Alsace Moselle, elle prête serment devant le Tribunal de Grande instance de Metz le 8 aôut 1991, elle exerce à Metz comme notaire jusqu'au 30 novembre 2023.

Successivement, elle occupe au sein de la Chambre des Notaires de La Moselle différentes fonctions (secrétaire, trésorier, premier syndic), puis devient Présidente de la Chambre des Notaires de la Moselle de 2007 à 2009.

Elle est présidente de la première commission du 97ème congrès des notaires de France en 2001, consacré aux "Collectivités locales, le renouveau contractuel". Sa contribution écrite porte sur "les compétences et l'organisation générale des collectivités locales".

Successivement, elle est vice présidente du conseil interrégional des notaires des Cours d'appel de Colmar et de Metz, présidente de l'Institut Notarial des Collectivités locales (INCL) au Conseil Supérieur du Notariat à Paris, vice présidente du XIIème congrès interrégional des notaires des Cours d'appel de Colmar et de Metz "le droit local alsacien mosellan, enjeux et perspectives"

Conseiller au Cridon Lyon.

Elle est membre titulaire de l'Académie Nationale de Metz depuis le 2 mars 2023, et préside la commission du prix "Sciences économiques et juridiques"

Catherine Bonichot est chevalier de la légion d'honneur.

    Pierre BRASME

    Né en 1949 à Auchel (Pas-de-Calais), Pierre BRASME est professeur honoraire d’histoire-géographie et titulaire d’un doctorat en histoire contemporaine (université de Metz). La plus grande partie de sa carrière d’enseignant s’est déroulée au collège Pierre Mendès-France de Woippy, ville de l’agglomération messine où il a fondé en 1988 une Société d’histoire dont il est depuis 2014 le président honoraire. Il est à l’origine de la création du prix d’histoire régionale René-Paquet, de la revue Les Chroniques du Graoully, et l’un des organisateurs du Salon du Livre d’Histoire de Woippy. Membre titulaire de l’Académie nationale de Metz depuis 2013, il en a été le président de  le président de 2019 à 2022.

    Auteur de nombreux ouvrages, sa recherche a d’abord porté sur l’histoire de Woippy, mais surtout sur l’histoire de Metz, de la Moselle et de la Lorraine, sur la Révolution française et sur la Première Guerre mondiale, thèmes sur lesquels il donne de nombreuses conférences. Il est également l’auteur de deux romans, et des biographies de deux grands Messins, Benoît Faivre et Charles de Lardemelle.

     

    Auteur de plus de 30 ouvrages

    Publications historiques les plus marquantes
    1. Dictionnaire des révolutionnaires français, collection Biblis, Paris, Éditions du CNRS, 2014.
    2. La Lorraine des origines à nos jours, Rennes, Éditions Ouest-France, 2012.
    3. Le Roy se meurt. Louis XV à Metz, 1744, Metz, Éditions des Paraiges, 2012.
    4. Moselle 1918. Le retour à la France. Délivrance, bonheurs, désenchantements,Sarreguemines, Éditions Pierron, 2008.
    5. Metz, une ville dans la guerre. Le journal de Jeanne Haas (1914-1918) , Editions des Paraige, 2016.
    6. De la Lorraine allemande à la Moselle française (1918-1919), Editions des Paraiges, 2018 (Prix des conseils départementaux de Lorraine).
    7. Histoire de Metz en 80 jours, L’Officine, tome 1 (2021) et tome 2 (2023).

     

      Pierre BRONN

      Né en 1945 à Mulhouse (Haut-Rhin), Pierre BRONN est chirurgien honoraire des Hôpitaux Privés de Metz (HPM).

      Ancien chef de clinique au CHU de Strasbourg, il a été de 1978 à sa retraite en 2012 chef du service de chirurgie viscérale de l’Hôpital Saint-André à Metz. En tant que président de la Commission médicale d’établissement, il a œuvré à la restructuration hospitalière messine qui a abouti en 2008 à la création des HPM, dont il est à ce jour administrateur et président du Comité scientifique et éthique. Il a été, de 1999 à 2010, expert-visiteur de la Haute Autorité de Santé pour l’accréditation des hôpitaux.

      Enseignant dans les différents Instituts de formation en soins infirmiers messins, président de la Société des sciences médicales de la Moselle et vice-président de l’Association médicale mosellane de perfectionnement postuniversitaire, il continue de s’investir dans la formation initiale et continue des professionnels de santé.

      Président du Conseil presbytéral de la paroisse du Temple-Neuf, membre du consistoire et du synode, il est rédacteur de la chronique historique du mensuel consistorial protestant et administrateur de diverses œuvres sociales d’origine protestante.

      Membre titulaire de l’Académie Nationale de Metz depuis 2015, il est actuellement le secrétaire des séances.

      Ses recherches portent sur l’histoire de la médecine en Moselle et sur celle du protestantisme français.

       

      Quelques publications
      1. Le protestantisme en Pays messin, Metz, Éditions Serpenoise, 2007, 234 p.
      2. Le Temple-Neuf au cœur du protestantisme messin, Le Dauphiné libéré, 2014, 50 p.
      3. Histoire de la médecine en Moselle (Jean Lazare dir.), 4 tomes, Metz, Société des sciences médicales de la Moselle, 2000 (416 p.), 2002 (445 p.), 2005 (142 p.) et 2006 (335 p.).
      4. Naître à Metz, Metz, Éditions des Paraiges, 2013, 254 p.
      5. C’était l’hôpital Saint-André, Metz, Éditions des Paraiges, 2015, 143 p.
      Nicolas BRUCKER

      Né en 1969 à Nancy, Nicolas Brucker est professeur de littérature française du XVIIIe siècle à l’université de Lorraine. Agrégé de lettres modernes, docteur de l’université Paris-Sorbonne, habilité à diriger des recherches, il est en poste à Metz depuis 1996, où il a assuré la direction du département de lettres modernes, puis la co-direction du collegium « Arts Lettres et Langues ». Il dirige actuellement le programme de recherche Ariane du CPER lorrain (2015-2020). Il est depuis 2013 professeur associé à l’université du Luxembourg. Entré à l’Académie nationale de Metz en 2012, il en est membre titulaire depuis 2018 et participe aux travaux de la commission des prix de littérature et histoire.

      Sa recherche s’étend à tout le XVIIIe siècle français, particulièrement au lien entre pensée religieuse et expression littéraire, au discours antiphilosophique et au roman apologétique. Il s’intéresse aussi à la femme auteur, à la conscience romantique et à l’interculturalité franco-allemande au tournant XVIIIe-XIXe s. Il est membre du centre de recherche « Écritures » (EA 3943).

       

      Choix de 5 publications
      1. [Dir.] La conversion. Expérience spirituelle, expression littéraire. Actes du colloque de Metz (5-7 juin 2003)), « Recherches en littérature et spiritualité », vol. 8, Berne, Peter Lang, 2005, 405 p.
      2. Une réception chrétienne des Lumières. Le comte de Valmont de l’abbé Gérard , « Les Dix-huitièmes siècles », n° 97, Paris, Honoré Champion, 2006, 363 p.
      3. [Dir.] Le livre de sagesse. Supports, médiations, usages. Actes du colloque de Metz (13-15 septembre 2006), « Recherches en littérature et spiritualité », vol. 14, Berne, Peter Lang, 2007, 359 p.
      4. [Dir.] Apologétique 1650-1802. La nature et la grâce. Préface d’Antony McKenna. Actes du colloque de Metz (16-18 octobre 2008).« Recherches en littérature et spiritualité », vol. 18, Berne, Peter Lang, 2010, 406 p.
      5. « Nouvelles du cœur, de la cour et de la ville dans la correspondance de Mme de Graffigny à François Devaux », Mémoires de l’Académie nationale de Metz, n° 28, 2015, p. 167-178.
      Philippe BRUNELLA

      Archéologue et conservateur en chef du patrimoine, Philippe Brunella est directeur du musée de La Cour d'Or depuis 2011 et du musée et de l'archéologie de l'Eurométropole de Metz depuis 2020. Auparavant il a contribué à la fouille, l'étude, la publication, la conservation et la mise en valeur des vestiges de la petite ville romaine de Bliesbruck dans le cadre du Parc Archéologique Européen de Bliesbruck-Reinheim de 1988 à 2011. Il est également chargé de cours de Master 2 expertise et médiation culturelle à l'Université de Lorraine depuis 2013 et réserviste citoyen de la Gendarmerie Nationale depuis 2019. Il a notamment été président de la Société d'Histoire et d'Archéologie de la Lorraine de 2008 à 2018. Distinctions : Officier de l'Ordre de l'Étoile de la République d'Italie – 2022 / Chevalier de l'Ordre des Arts et des Lettres – 2017 / Médaille communale, départementale et régionale, échelon Or – 2018 / Médaille du Tourisme, échelon Bronze – 2019. Implications associatives : Association des Réservistes Citoyens de la Gendarmerie Nationale en Lorraine (1er vice-président) – 2021 / Cercle des Paraiges (capitaine) – 2020 / Académie Italienne de la Cuisine – 2019 / Société des Amis de la poétesse Amable TASTU – 2018 / Œuvre de la cathédrale de Metz – 2015 / Académie Nationale de Metz – 2012 / Association des Amis du Parc archéologique Européen de Bliesbruck-Reinheim – 2011 / Association Nationale des Archéologues de Collectivités Territoriales – 1995 / Société d'Histoire et d'Archéologie de la Lorraine – 1989 / Groupe Universitaire Messin de Recherches Archéologique – 1978.

       

      Jacques CALLANQUIN

      D’origine comtoise, né le 5 juin 1948 à Villersexel (70), Jacques Callanquin, est docteur en pharmacie, ancien interne des hôpitaux de Nancy, lauréat de la Faculté, de l’Académie nationale de pharmacie et de l’Académie nationale de Metz, diplômé d’orthopédie et de maintien à domicile (MAD).

      Il a été pharmacien d’officine titulaire de 1973 à 1978 à Florange et de 1978 à 2011 à Metz. Parallèlement à ses activités officinales, il a été, à partir de 1995, chargé d’enseignement d’orthopédie et de MAD à la Faculté de pharmacie de Nancy auprès du Professeur Pierre Labrude. Ensemble ils sont intervenus régulièrement dans les journées de formation régionales et nationales de ces disciplines.

      Jacques Callanquin est l’auteur d’une centaine de communications orales ou écrites et il a dirigé une trentaine de thèses d’exercice sous l’autorité de Pierre Labrude. Il est également le principal auteur d’une quinzaine d’ouvrages pédagogiques aux éditions Masson et Pharmathèmes où il dirige une collection de guides à l’usage des praticiens.

      Membre titulaire de l’Académie nationale de Metz depuis 2017, il participe aux travaux de la commission publications des Mémoires. Jacques Callanquin est également membre titulaire honoraire de l’Académie nationale de Pharmacie et officier des palmes académiques.

       

      Choix de 5 publications
      1. CALLANQUIN J., CAMUZEAUX C., LABRUDE P, Le matériel de maintien à domicile. Généralités, prescription, description, collection « Abrégés de pharmacie », Paris, Masson, 1998, 188 p.
      2. CALLANQUIN J., LABRUDE P., La podologie pour le pharmacien orthésiste. Les orthèses plantaires. Collection « Abrégés de pharmacie », Paris, Masson, 2000, 265 p.
      3. CALLANQUIN J., LABRUDE P., avec la collaboration des Drs Brice M., Cuny J-F., Métaizeau J-P., Rouyer A., Traité de podologie à l’usage des praticiens , collection « Les guides de Pharmathèmes », Paris, Pharmathèmes, 2007, 328 p.
      4. CALLANQUIN J., LABRUDE P., Les orthèses de série, Guide à l’usage des praticiens, collection « Les guides de Pharmathèmes » dirigée par Jacques Callanquin, Paris, Pharmathèmes, 2009, 122 p. (2e éd., 2016, 160 p.).
      5. CALLANQUIN J, LABRUDE P., Les dispositifs médicaux et les accessoires, Guide à l’usage des praticiens, collection « Les guides de Pharmathèmes », dirigée par Jacques Callanquin, Paris, Pharmathèmes, 2010, 207 p.
      Jeanne-Marie DEMAROLLE

      Née en 1936 à Rennes (Ille-et-Vilaine), Jeanne-Marie DEMAROLLE est professeur émérite d’histoire romaine à l’Université de Lorraine.

      Agrégée d’histoire-géographie, titulaire d’une thèse de 3e cycle et d’une habilitation à diriger des recherches, elle a enseigné à l'Université de Metz d’abord comme maître assistant / maître de conférence puis comme professeur.

      Membre titulaire de l’Académie nationale de Metz depuis 1992, elle en a été le président de 2007 à 2010, avant de présider la Conférence nationale des Académies (2010-2012). Actuellement J.-M. Demarolle préside la commission Histoire et littérature. Elle est membre titulaire de l’Académie de Stanislas depuis 2010.

      Ses recherches, dans le cadre du Centre de recherche universitaire lorrain d’histoire (CRULH) portent sur la céramique sigillée, sur l’histoire de la Lorraine antique et sur l’écriture de cette histoire du XVIe siècle à nos jours.

      Officier des Palmes académiques, chevalier de la Légion d’honneur.

       

      Choix de cinq publications
      1. a mosaïque de Grand. Études réunies par Jeanne-Marie Demarolle, Centre Régional Universitaire lorrain d’histoire, n° 30, Metz, 2006, 281 p.
      2. « Des limites administratives aux espaces culturels en Gaule mosellane », dans Culture antique et frontières en Gaule mosellane (M. Bile, J.-F. Chevalier et J. Elfassi éds), Metz, 2008, p. 75-101.
      3. « Des immigrés écrivent en allemand l’histoire de Divodurum/Mettis », dans Metz, L’Annexion en héritage 1871-1918, Metz, Académie nationale de Metz / Gérard Klopp éditeur, 2012, p. 145-157.
      4. « Recherches sur le travail du lapicide, à partir d’une nouvelle dédicace médiomatrique à Hercule Saxsetanus », dans Aspects de l’artisanat en milieu urbain, Actes du colloque international d’Autun, 28e suppl. à la RAE, 2010, p. 269-280.
      5. « Charles Cournault et l’archéologie lorraine », Le Pays lorrain, mars 2016, p. 13-20.
      Jean-Luc DEMANDRE

       

      ( à venir)

        Marie -Reine DEMOLLIERE

         à venir

          Marie-Bernard DILIGENT

          Né en 1940 à Valence (Drôme), Marie-Bernard DILIGENT est psychiatre des hôpitaux.

          Il est membre titulaire de l’Académie nationale de Metz depuis 2002.

          Elena DI PEDE

          Née en 1972 à Cascina (Pise, Italie), Elena Di Pede est bibliste, professeure au département de théologie de l'Université de Lorraine, UFR SHS-Metz. Elle a également enseigné au Biblical Institute de Rome et au Centre Sèvres, facultés jésuites de Paris. Spécialiste des prophètes du premier Testament ses recherches portent essentiellement sur les conventions littéraires à l'oeuvre dans cette littérature particulière. Actuellement elle est directrice du centre de recherches Ecritures (UR 3943) et présidente du RRENAB (Réseau de RecherchE en analyse NArrative et Bible).

           Parmi ses publications récentes, articles et ouvrages, on retiendra :

          - « Le récit d’appel et d’envoi en mission des prophètes dans le premier Testament : les enjeux d’un changement de paradigme de lecture », Études théologiques et religieuses 98 (2023), p. 145-163.

          - « Les métaphores familiales chez Ézéchiel : alliance, élection et vivre ensemble », Revue Théologique de Louvain 52 (2021), p. 190-212.

          - « Le prophétisme biblique. Une source d’inspiration en littérature », dans D. Henky & D. Ranaivoson (éds), Prophètes et voix prophétiques dans l’œuvre de Jean Giono (Carrefour des lettres modernes, 11), Paris, 2021, p. 23-40.

          - « La question de l’étranger et de l’hospitalité chez les Prophètes », in Laval Théologique et Philosophique 74 (2018), p. 255-266.

          - Ézéchiel (Mon ABC de la Bible), Paris, 2021.

          Patricia GERARDIN

          Née à Nancy le 6 mai 1952. Enseignante à mi-temps en Lettres Classiques, elle participait pendant les vacances à de nombreux stages, en France (fresque aux Beaux-Arts de Paris), peinture et collage à l’Université de Dresde en Allemagne puis de manière plus régulière à l’A.D.E.A. de Nancy, en peinture avec Luc Doerflinger puis en gravure avec Isabelle Loctin.

          Elle a suivi plusieurs stages à Venise à l’Atelier Aperto et Tintoretto et chez Christiane Vielle à son atelier parisien.

          En retraite de l’Education Nationale en 2006, elle a obtenu une licence d’Arts Plastiques à l’Université de Metz, ouvert son atelier de gravure, la Bottega ainsi qu’un lieu d’exposition où pendant 8 ans elle a exposé 85 artistes, la plupart graveurs, de Lorraine mais aussi de toute la France et de l’étranger.

          Elle est membre de l’Académie Nationale de Metz.

          Elle a créé avec Sarah Teulet l’Association Parcours d’artistes sur les conseils de M. Fonte, alors adjoint à la culture à Metz et anime les Parcours d’artistes en mars et un marché de Noël à Saint-Pierre-aux-Nonnains où elle a toujours veillé à la présence de la gravure.

          Elle a exposé à l’Abbaye des Prémontrés de Pont-à-Mousson à 3 reprises, au Musée de la Cour d’Or à Metz, à l’Eglise des Trinitaires à Metz, en Italie et en Allemagne. La Bottega est ouverte toute l’année et participe aux J.E.P, aux J.M.A. et à Manifestampe.

          Elle travaille dans son atelier de la rue Taison. Elle apprécie de nombreuses techniques dont l’aquatinte et la gravure sur bois mais aussi des techniques modernes, sur carton, le carborundum et la gravure en relief qu’elle a découverte dans les écoles d’art aux USA.

           

          Gérard GIULIATO

           à venir

          Germaine GOETZINGER

          Née en 1947 à Dudelange (Grand-Duché de Luxembourg), Germaine Goetzinger est directrice honoraire du Centre national de littérature de Mersch.

          Après des études de lettres allemandes et d’histoire, elle a enseigné dans divers lycées luxembourgeois et au Centre universitaire de Luxembourg. De 1995 à 2012, elle a dirigé le Centre national de littérature nouvellement créé. Elle y a mis en place les archives littéraires et monté de nombreuses expositions portant sur la vie littéraire luxembourgeoise. De 2012 à 2022, elle était présidente de la Fondation Servais pour la littérature luxembourgeoise.

          Entrée à l’Académie nationale de Metz en 2010, elle en est membre titulaire depuis 2020.

          Prix Alfred Oppenheimer (2007), Bundesverdienstkreuz (2009).

          Ses recherches portent sur la littérature allemande du 19e siècle, la littérature luxembourgeoise, notamment le Cercle de Colpach, l’histoire des femmes et l’histoire des émigrés juifs au Luxembourg.

           

          Choix de cinq publications

          1. Hôtes de Colpach/Colpacher Gäste, Ausstellung und Katalog: Germaine Goetzinger, Gast Mannes, Frank Wilhelm, Mersch, Centre national de littérature, 1997.
          2. Exilland Luxemburg, 1933 – 1947, Schreiben - Auftreten - Musizieren - Agitieren - Überleben, Ausstellung und Katalog: Germaine Goetzinger, Gast Mannes, Pierre Marson, Mersch, Centre national de littérature, 2007.
          3. Wuertwiertlech. 57 Rieden (1995-2012), Nospelt, Ultimomondo, 2013.
          4. La Grande Guerre au Luxembourg, Le journal de Michel Welter (3 août 1914 – 3 mars 1916), éd. annotée et commentée par Germaine Goetzinger, Mersch, Centre national de littérature, 2015.
          5. Aline Mayrisch-de Saint Hubert 1874-1947. Ein Frauenleben im Spannungsfeld von Feminismus, sozialem Engagement und Literatur, Luxemburg, éditions guy binsfeld, 2022.
            Charles HIEGEL

            Né à Sarreguemines (Moselle) en 1937, Charles HIEGEL est conservateur en chef honoraire du Patrimoine (Archives).

            Archiviste-paléographe (promotion 1961 de l’Ecole nationale des chartes avec une thèse intitulée L’industrie du sel en Lorraine du IXe au début du XVIIe siècle), il a été conservateur aux Archives départementales de la Côte d’Or (1962-1963), puis aux Archives départementales de la Moselle (1963-2002). Il a été correspondant départemental du Comité d’histoire de la deuxième guerre mondiale de 1969 à 1980 et directeur de publication des Cahiers Lorrains, revue de la Société d’histoire et d’archéologie de la Lorraine, de 1977 à 2002. Il participe aux travaux de la commission littérature et histoire. Membre titulaire de l’Académie depuis 1992, il en a été le secrétaire des séances de 1994 à 2000 et le secrétaire général de 2003 à 2014. Il est officier des arts et lettres.

             

            Recherches et publications

            Il a publié avec Henri Hiegel, ancien membre de l’Académie, Le bailliage d’Allemagne de 1600 à 1632, t. II. Agriculture, industrie, commerce (1968) et le Dictionnaire étymologique des noms de lieux du département de la Moselle (1986). Il a collaboré au Dictionnaire des châteaux de France. Lorraine, par Jacques Choux, Berger-Levrault (1979). De sa thèse de l’École des chartes il a tiré plusieurs sujets d’articles sur l’histoire des salines lorraines, sur la technique d’exploitation et le commerce du sel. Il a également publié de nombreux articles sur les anciennes faïenceries mosellanes aux XVIIIe et XIXe siècles, les verreries des régions de Forbach et de Saint-Avold au XVIIe siècle, l’émigration lorraine au Banat au XVIIIe siècle, les sculpteurs lorrains des XVIIe et XVIIIe siècles et sur divers aspects de l’histoire de la Révolution de 1789 en Moselle. Ses recherches actuelles sont consacrées aux maçons et architectes originaires de la Valsesia (Piémont italien), venus travailler à Metz et en Lorraine dans la deuxième moitié du XVIIe et au début du XVIIIe siècle.

            Choix de cinq publications
            1. « Les essais de réduction de la consommation de bois dans les salines lorraines (1572-1630). Progrès technique ou chimères ? » dans Actes du 103e Congrès national des sociétés savantes Nancy-Metz, 1977, section de philologie et d’histoire jusque 1610, Paris, 1979, p. 303-318.
            2. « Du puits à balancier aux pompes. L’élévation de l’eau salée dans les salines lorraines du Moyen Age au XVIIIe siècle », Les Cahiers Lorrains, 1987, p. 243-285.
            3. « Les fabriques de faïence et de porcelaine de Sierck (Moselle) » dans Patrimoine et Culture en Lorraine (F.-Y. Le Moigne dir.), éd. Serpenoise, Société d’histoire et d’archéologie de la Lorraine, 1980, p. 105-130.
            4. « La faïencerie de La Grange à Manom, Moselle (1733-1792) », Mémoires de l’Académie nationale de Metz, 2006, p. 243-302.
            5. « Les arbres de la liberté dans le département de la Moselle », Les Cahiers Lorrains, 1999, p. 419-456.
            Philippe HOCH

            Né en 1957 à Mulhouse, Philippe HOCH, après un doctorat en philosophie, effectue un séjour au Pérou (1983-1984) au titre de la coopération culturelle, puis occupe un premier poste de conservateur (1985-1988) à la bibliothèque de l'Université de Picardie, avant d’être affecté à la bibliothèque municipale classée de Metz et chargé des fonds anciens et précieux.

            Conservateur en chef du patrimoine, Philippe Hoch œuvre depuis 2003 au sein de la direction de la Culture et du Tourisme au Département de la Moselle, où il a successivement exercé les fonctions de chargé de mission à la Mémoire historique, de conseiller auprès du Directeur général adjoint chargé de la Culture et, enfin, de responsable de la Conservation départementale des musées et du patrimoine. Il a assuré le commissariat de plusieurs expositions. Il était le rédacteur en chef de la revue culturelle semestrielle 50sept (22 numéros de 2004 à 2014) et collabore à différentes publications régionales.

            Ancien président de l'Académie nationale de Metz (2004-2007), Philippe Hoch a également présidé la Société d'Histoire et d'Archéologie de la Lorraine (SHAL). Il est membre de nombreuses associations culturelles.

             

            Choix de publications
            1. [Dir.] Huguenots. De la Moselle à Berlin, les chemins de l’exil ; études réunies et présentées par Philippe Hoch, Metz : Éditions Serpenoise, 2006, 268 p.
            2. Destins huguenots : du Pays messin au Refuge allemand, actes du colloque organisé par l'Académie nationale de Metz en partenariat avec le Conseil général de la Moselle, Metz, 18-19 janvier 2007, édités et présentés par Philippe Hoch, Metz : Académie nationale de Metz (Luxembourg : Imprimerie centrale), 2009.
            3. Le Musée de Vic-sur-Seille : chronique d’une renaissance. De l’hôtel de la Monnaie au Musée départemental Georges de La Tour, Metz : Serge Domini éditeur, 2010, 112 p.
            4. [Dir.] Metz et les Trois-Évêchés au temps de Belle-Isle, sous la direction de Philippe Hoch, Metz : Académie nationale de Metz, Renaissance du Vieux Metz et des Pays Lorrains, Société d'Histoire et d'Archéologie de la Lorraine (Nancy : impr. Bialec), 2012, 278 p.
            5. Marsal et « l'or blanc de la Seille : le Musée départemental du Sel de Marsal, Metz : Conseil général de la Moselle, Saint-Étienne : IAC éditions d'art, 2012, 112 p.
            Christian JOUFFROY

            Descendant d’une famille établie en Franche-Comté depuis le XVe siècle, Christian JOUFFROY est né à Metz en 1953. Docteur en médecine, diplômé de la faculté de Strasbourg, il est spécialiste en gynécologie-obstétrique avec une compétence particulière en urogynécologie (son domaine de recherche privilégié, sur lequel il a publié plus de cinquante articles dans des revues nationales et internationales entre 1980 et 2006).

            Ses premiers travaux non médicaux ont été consacrés à la terre de ses ancêtres, le Val d’Amour, ses villages, son histoire et ses coutumes, avec une biographie d’un grand-oncle, Alexis Arpin, syndicaliste et vigneron d’Arbois, animateur de la révolte de 1906 pour la sauvegarde du droit de bouilleur de cru.

            Membre de l’Académie nationale de Metz depuis 1999, il l’a présidée de 2010 à 2013. Au cours de son mandat, il a organisé plusieurs colloques sur L’urbanisme, image du pouvoir, La Lorraine, quel avenir ?, La réconciliation de Metz avec son passé franco-allemand, et une Evocation de Jean Cocteau à Metz. Il a aussi donné quelques communications sur l’Académie et son protecteur, le maréchal duc de Belle-Isle. Il a étudié l’histoire des maisons canoniales de la rue aux Ours, celle de la maternité Sainte-Croix et s’est aussi intéressé à d’illustres figures locales, réelles ou symboliques, Colette Baudoche et Frédéric Asmus, la famille du Coëtlosquet ou le maréchal Ney.

            Depuis 2013, Christian Jouffroy est président de la Société des Amis des Arts et du Musée de La Cour d’Or (Metz Métropole). En 2015, il a présenté l’histoire de cette vénérable société devant ses confrères de l’Académie et il dirige depuis sa fondation sa publication annuelle, la revue « Chancels ».

            Il est actuellement bibliothécaire–archiviste de l’Académie.

             

            Ses publications préférées
            1. Les statues de Metz, avec Ch. Bleirad, Metz, Éditions Serpenoise, 1991, un recensement complété par un article, « De Charlemagne au Feldgrau, deux héros messins sous l’annexion », dans Metz, l’Annexion en héritage, Gérard Klopp éditeur, Thionville, 2012, p. 86-100.
            2. Saint-Clément Metz, avec Cl. Buttner, A. Michel, E. Voltz, P.E. Wagner, Gérard Klopp éditeur, Metz, 1994.
            3. La bière à Metz et en Moselle, saint Arnoul patron des brasseurs, Gérard Klopp éditeur, Metz, 1998.
            4. « La maternité dans l’iconographie mariale », Mémoires de l’Académie nationale de Metz, 2007, p. 217-250.
            5. « L’homme fou, entre diableries et sainteté. Les pèlerinages pour insensés et furieux dans l’Est de la France », Mémoires de l’Académie nationale de Metz, 2010, p. 11-29.
            Francis KOCHERT

            Né en 1950 à Metz, Francis KOCHERT est journaliste honoraire. Après des débuts à Radio Nord-Est en 1973, il collabore comme critique littéraire et critique d’art aux Nouvelles Littéraires, à la revue À Suivre et au Républicain Lorrain où il entrera à plein temps en 1977. Il y sera successivement reporter régional, grand reporter puis chef du service magazine. Auteur d’une quinzaine d’ouvrages, il est également photographe. Fortement engagé dans le monde associatif et culturel, il préside depuis 2015 le festival international de théâtre Passages. Entré comme correspondant à l’Académie en 2016, il en est membre titulaire depuis 2020 et membre de la commission Communication.

            Principaux ouvrages publiés :
            1. Morette l’Enchanteur, Éditions Serpenoise, 1985.
            2. Témoins du XXe siècle, Casterman, 1991.
            3. Paroles de murs, Hoëbeke, 2003.
            4. Je vous écris de Metz, Serge Domini Éditeur, 2013.
            5. Les fantômes de Berlin, Éditions Promenade, 2019.
            Pierre LABRUDE

            Pierre (Charles Georges) Labrude est né le 31 octobre 1949 à Thaon-les-Vosges (Vosges).
            Études supérieures aux facultés de pharmacie, médecine et sciences de Nancy et à la faculté de pharmacie de Lille. Docteur ès sciences pharmaceutiques.

            Professeur honoraire de l’Université de Lorraine (disciplines pharmaceutiques). Ancien attaché du Centre régional de transfusion sanguine et d’hématologie de Nancy.
            Pharmacien en chef de réserve, auditeur de l’Institut des hautes études de défense nationale.

            Vice-président de l’Association des amis du musée de la faculté de médecine de Nancy. Membre associé du Centre régional universitaire d’histoire de la Lorraine. Membre de l’Académie internationale d’histoire de la pharmacie, de l’Académie de Stanislas de Nancy, membre associé de l’Académie florimontane d’Annecy, il est membre de l’Académie nationale de Metz depuis 2005.

            Chevalier de l’Ordre national du Mérite, officier des Palmes académiques, médailles des services militaires volontaires et pour travaux scientifiques du Service de santé des armées.

            Travaux scientifiques sur les substituts du sang et les substituts vasculaires. Travaux historiques en histoire de la pharmacie, de la médecine et en histoire militaire.

             

            Christiane MASSEL

            Artiste-plasticienne et coloriste urbaine.
            Née en 1953 à Thionville. Vit et travaille à Metz.

            Titulaire du Diplôme national supérieur d’expression plastique (DNSEP) en 1976. Enseignante à l’École supérieure des Arts décoratifs de Strasbourg, de 1981 à 2002.
            Enseignante à l’Université de Strasbourg, UFR Arts, Master 2 « Couleur-Architecture », de 2009 à 2013.
            Membre de l’Académie nationale de Metz depuis 2011, titulaire depuis 2018, Christiane Massel participe aux travaux de la commission Arts et de la Commission Urbanisme et patrimoine.

            www.christianemassel.com
            www.christianemassel-art.com

            Auteur de nombreuses études de colorations urbaines pour des collectivités locales et des sociétés d’habitat social depuis 1986.

            Publications :

             

            1. Artothèque & autres détours, par Christiane Massel. Montigny-lès-Metz, édition Le Botanique, 2022.
            2. Metz au temps de l’art déco, 1919-1939, Urbanisme et architecture, Vaux, Serge Domini éditeur, 2016. Avec Christiane Pignon-Feller et Pierre Maurer.
              Ouvrage récompensé par le prix littéraire 2017 des Conseils départementaux de Lorraine -Prix spécial- et le prix d’Histoire régionale « René Paquet » 2017 décerné par la Société d’Histoire de Woippy.
            3. Regarder et comprendre Hagondange, co-édition Ville de Hagondange-Batigère, 2009. Avec Christiane Pignon-Feller.
            4. Couleurs et architecture en Moselle, les couleurs de l’habitat, Sarreguemines, éditions Pierron, 1989. Avec J. Kail.
            Expositions artistiques :

             

            • 2019 – « Hic et nunc », Porte des Allemands, Metz
            • 2017 – « Plis et chuchotements », Musée de la Cour d’Or, Metz
            • 2016 – « Participe Présent/Absent », Médiathèque Verlaine, Metz
            • 2015 – « Vegetables », TCRM Blida, Metz
            • 2014 – « Pet Toys », Cloître des Récollets, Metz
            • 2013 – « Slipothèque », au 69, Lorry-lès-Metz
            • 2009 – « Nuit Blanche off », 2 rue de Pont-à-Mousson, Metz
            • 2008 – « Bestiaire, petits rassemblements animaliers » [suite...], Galerie « Au Pastel », Metz
            • 2007 – « Bestiaire, petits rassemblements animaliers », Brasserie Flo, Metz
            Désirée MAYER

            Née en 1944 à Bucarest (Roumanie), Désirée Mayer est professeur agrégé d’hébreu honoraire.

            Elle est membre titulaire de l’Académie nationale de Metz depuis 2012 et préside actuellement la commission qui décerne le prix Jeunesse.

            Jacques MERCIER

            ( à venir )

             

            Gérard MICHAUX

            Né en 1947 à Metz (Moselle), Gérard MICHAUX est maître de conférences honoraire à l’Université de Lorraine, ancien vice-président de l’Université de Metz. Spécialiste de l’histoire moderne, il s’est particulièrement intéressé à la vie monastique et aux congrégations religieuses en Lorraine, de la Réforme aux Lumières.

            Membre titulaire de l’Académie nationale de Metz depuis 1986, il en a été le président de 1995 à 1998 ; il en est actuellement le trésorier.

            Laurette MICHAUX

            Née en 1945 à Vittel (Vosges), Laurette Michaux est professeur honoraire à l’IUFM de Lorraine.

            Elle est membre titulaire de l’Académie nationale de Metz depuis 2009 et préside la Commission qui décerne les prix de mérite.

            Gérard NAUROY

            Né en 1936 à Jouy-aux-Arches (Moselle), Gérard NAUROY est professeur émérite de langue et littérature latines à l’Université de Lorraine.

            Agrégé de lettres classiques, titulaire d’un doctorat d’État en langue et littérature latine obtenu à la Sorbonne-Paris IV (1985), il a enseigné à l’Université de Strasbourg avant d’être nommé à l’Université de Metz en 1972. Directeur du département de lettres classiques et modernes, puis doyen de la faculté des lettres et sciences humaines qu’il a dirigée pendant dix ans, il a été président de l’Université de Metz entre 1993 et 1998, créant, en particulier, les départements de musicologie, de sciences sociales et d’arts plastiques.

            Sa recherche porte sur l’Antiquité tardive (en particulier Ambroise de Milan et l’Italie du Nord fin IVe–début Ve siècle) ; sur l’exégèse biblique des Pères latins et grecs, sur les rapports entre écriture, spiritualité et discours pastoral, sur l’épistolographie dans l’Antiquité tardive. Membre du Centre de recherches « Écritures » qu’il a dirigé entre 1998 et 2002, il a créé et animé pendant dix ans la collection « Recherches en littérature et spiritualité » (24 volumes parus). Il est depuis 2007 membre étranger de l’Accademia di sant’ Ambrogio, Biblioteca Ambrosiana, Milan.

            Chevalier de l’Ordre national du Mérite, commandeur de l’Ordre des Palmes académiques, chevalier des arts et lettres.

            Membre titulaire de l’Académie nationale de Metz depuis 1997, il en a été président de 2013 à 2016.

            Choix de cinq publications
            1. Ambroise de Milan. Écriture et esthétique d’une exégèse pastorale. Quatorze études, coll. « Recherches en littérature et spiritualité » 3, Berne, Peter Lang, 2003, 676 p.
            2. Exégèse et création littéraire chez Ambroise de Milan. L’exemple du De Ioseph patriarcha, Paris, Institut d’Études Augustiniennes, 2007, 540 p.
            3. Édition critique avec introduction, traduction française, annotation et indices, d’AMBROISE DE MILAN, Jacob et la vie heureuse, « Sources Chrétiennes » n° 534, Paris, Le Cerf, 2010, 638 p.
            4. L’Écriture du massacre, entre histoire et mythe, études éditées par G. Nauroy, coll. «  Recherches en littérature et spiritualité » 6, Berne, Peter Lang, 2004, 290 p.
            5. « Robespierre et l’Académie royale de Metz », Mémoires de l’Académie nationale de Metz, 195e année, série VII, tome 27 (2014), Metz, 2015, p. 11-31.
            Raymond OLIGER

            Né en 1945 à Bitche (Moselle), Raymond OLIGER est président de banque après avoir mené une carrière de directeur d’hôpital.

            Diplômé de philosophie et de l’Institut des hautes études européennes de Strasbourg, il a intégré l’École Nationale de la Santé Publique de Rennes en 1975 et le corps des directeurs d’hôpitaux. Il a exercé en cette qualité jusqu’en 2007 et a enseigné concomitamment l’économie de la santé à l’IAE de Nancy de 1990 à 2015.

            Il mène une carrière dans la finance depuis 2006 et a exercé les fonctions de président de la Fédération Nationale des Banques Populaires, de président de la Fondation Banque Populaire, de président de la Banque Populaire Lorraine Champagne et de Vice-Président de la Confédération Internationale des Banques Populaires dont il a été le porte-parole dans les instances internationales dans le domaine de la gouvernance des banques coopératives.
            Il a aussi été membre du conseil de surveillance de BPCE et de la Banque Palatine et membre du Conseil Supérieur de la Coopération.

            Membre titulaire de l’Académie nationale de Metz depuis 2015, Raymond Oliger en est actuellement le vice-président.

            Publications récentes
            1. « Banques coopératives : pour une gouvernance solide et moderne », dans Les Échos du 19.03.2015.
            2. « Toute relation conflictuelle entre le président et le directeur général met la banque en danger », dans La Tribune du 18.10.2013.
            3. « Marguerite de Valois, une reine d’engagement », Mémoires de l’Académie nationale de Metz, 2012, p. 145-160.
            Christian PAUTROT

            Né le 11 novembre 1949 à Landres (54), Christian PAUTROT a fait ses études primaires à Piennes. Élève de l’École normale d’instituteurs de Nancy, il a obtenu le bac Sciences expérimentales (mention Bien) en 1967. Il poursuit ses études supérieures à la Faculté des Sciences de Nancy et obtient la maîtrise de Sciences naturelles en 1974, (mention Bien) et l’agrégation en Sciences naturelles, option Sciences de la Terre en 1976 (3e).

            Professeur de sciences naturelles de 1977 à 2010 aux collèges de Folschviller et Metz-Bellecroix, puis à Metz aux lycées Schuman (de 1982 à 1992) et Fabert (de 1992 à 2010). Très tôt passionné de sciences naturelles, notamment de géologie et d’archéologie, il devient Président de la Société d’Histoire naturelle de la Moselle de 2001 à 2014 et participe à l’étude des collections du Muséum de Metz. Correspondant du Service régional d’archéologie de Lorraine (SRA), il découvre une cinquantaine de sites gallo-romains et du haut moyen âge ainsi qu’une dizaine de sites préhistoriques inédits entre 1981 et 2015.

            Il est membre titulaire de l’Académie nationale de Metz depuis 2010 dont il préside la commission Sciences et membre de l’Académie lorraine.
            Il est chevalier dans l’Ordre des Palmes académiques.

            Recherches et publications

            Auteur scientifique en géologie et archéologie, il a écrit une trentaine d’articles concernant ces thèmes et deux livres de géologie :

            • Géologie et géographie de Lorraine, avec A. Lexa-Chomard, Metz, Éditions Serpenoise, 2006,
            • Fossiles et roches de Lorraine, Metz, Éditions Serpenoise, 2011.

            Il collabore à des programmes de recherche avec des archéologues de l’INRAP où ses compétences en pétrographie sont utiles. Il est sollicité par des associations culturelles pour des articles, expositions et conférences où interviennent la géologie, l’architecture et l’histoire anciennes.

            Serge PERRINE

            Serge PERRINE, né en 1952, Polytechnique (1971), Sup Télécom (1976), Histoire du Droit (Nancy 2 - 1985), est Docteur en Mathématiques (Metz – 1988). Lors de la crise de la sidérurgie, délégué régional à la recherche, il soutient de nombreux projets dont l’implantation de Georgia Tech. A France Télécom (FT), il implante les premières fibres interurbaines. Conseiller du Ministre des PTT, il suit la loi de réglementation des télécommunications, lance la radiotéléphonie numérique, établit le premier bilan de l’opérateur privé FT. Il s’occupe des réseaux gouvernementaux (DGA, Rimbaud), déploie l’Internet, définit l’offre commerciale d’hébergement, participe à la vente de tout l’immobilier. Directeur régional à Nancy, il est muté au Centre de Recherche, secrétaire du Conseil scientifique présidé par Pierre-Louis Lions. Directeur de l’Institut de Génie Mécanique à Metz, il enseigne les disciplines d’ingénieurs, dont le contrôle optimal. Il publie trois livres. Directeur du Campus de Metz de Supélec, il contribue à la fusion avec Centrale. Ingénieur général des Mines il termine sa vie professionnelle en 2015.
            Chevalier dans l’ordre de la Légion d’Honneur, il entre à l’Académie nationale de Metz et y poursuit ses travaux d’arithmétique.

            Publications
            1. Travail d’étudiant : Conférence « Idempotents and cyclic codes » à l’International Symposium on Information Theory RONNEBY (Suède) – 21/24 juin 1976 - résumé « Sur les idempotents des codes » à l'Académie des Sciences de Paris (T.284, 28-02-1977, SerA, pp.509-512)
            2. Article très consulté : « Ramanujan sums for signal processing of low frequency noise » publié dans Physical Review E66, 056128, 2002, avec Michel Planat et Haret Rosu
            3. Basculement de ses travaux vers le quantique : « Modified hypergeometric equations arising from the Markoff theory » Fifth International Conference Symmetry in Nonlinear Physics, KYIV, Ukraine, 23-29 June 2003 (Invitation d'Anatoly Nikitin)), publié en avril 2004 dans les Proceedings of the Institute of Mathematics of the National Academy of Sciences;
            4. Publications mathématiques :
              - « La théorie de Markoff et ses développements » Editions Tessier-Ashpool, 2002.
              - « Sur la conjecture de Frobenius relative à l’équation de Markoff », Editions Universitaires Européennes, Sarrebrücken, Allemagne, 2017
            Jean-Paul PETIT

            Né en 1954 à Sarreguemines (Moselle), Jean-Paul PETIT est conservateur en chef honoraire du patrimoine au Département de la Moselle.
            Titulaire d’un doctorat de 3e cycle de l’Université de Nancy-II (1986), il est depuis 1985 responsable du service d’archéologie du Département de la Moselle qui assure depuis 1995 la gestion culturelle et touristique et la mise en valeur du site gallo-romain de Bliesbruck et, à partir de 2001, des missions d’archéologie préventive sur le territoire mosellan.

            L’action de son équipe pour le développement et le rayonnement du site de Bliesbruck s’inscrit depuis 1989 dans le cadre du Parc archéologique européen de Bliesbruck-Reinheim, projet franco-allemand, qui est aujourd’hui une vitrine culturelle européenne et un modèle de mise en valeur d’un site archéologique. Il a été commissaire scientifique de plusieurs expositions présentées au Parc, en particulier celle organisée en par le Département de la Moselle en partenariat avec la Surintendance archéologique de Pompéi : « De Pompéi à Bliesbruck-Reinheim. Vivre en Europe romaine ».

            Les recherches scientifiques pluridisciplinaires qu’il conduit et coordonne depuis les années 1990 en partenariat avec plusieurs universités (en particulier avec celle de Metz et le Prof. Jeanne-Marie Demarolle) et institutions françaises et européennes, ont fait de Bliesbruck un modèle de la petite ville gallo-romaine et contribué au développement de problématiques nouvelles sur l’organisation, la fonction et la société de ce type d’agglomération. Ces recherches ont donné lieu à de nombreuses publications et travaux universitaires dont plusieurs ont été publiés dans la collection Blesa propre au Parc archéologique.
            Il a été ou est membre de plusieurs comités et conseils scientifiques, en particulier la Archäologische- Trier-Kommission de 2011 à 2014.
            Il est membre titulaire de l’Académie nationale de Metz depuis 2006.

            Publications
            1. Les agglomérations secondaires. La Gaule Belgique, les Germanies et l’Occident romain et Atlas des agglomérations secondaires de la Gaule Belgique et des Germanies, Paris, 1994 (éd. avec M. Mangin et Ph. Brunella), suite au colloque international de Bliesbruck-Reinheim.
            2. Le complexe des thermes de Bliesbruck. Un quartier public au cœur d’une agglomération secondaire de Gaule Belgique, coll. Blesa, 3, Paris, 2000 (éditeur et auteur principal).
            3. Vivre en Europe romaine. De Pompéi à Bliesbruck-Reinheim, coéd. avec S. Santoro, 2007.
            4. Bliesbruck-Reinheim, Celtes et Gallo-Romains en Moselle et en Sarre, coauteur, Paris, Éditions Errance, 2005.
            5. « Le centre public d’une agglomération secondaire de la cité des Médiomatriques : Bliesbruck (Moselle) », avec S. Santoro, Gallia, 2016.
            Monique SARY

            Née en 1943 à Vichy (Allier), Monique MAUSS, épouse SARY, est conservateur en chef honoraire du patrimoine.

            Diplômée en histoire de l’université de Strasbourg (1968), elle a passé plusieurs années en Algérie, au titre de la coopération, en tant que chargée de mission auprès du ministère des beaux-arts pour l’étude des sites antiques du pays.
            À son retour elle est engagée par la mairie de Metz comme adjointe au directeur des Archives, Henri Tribout de Morembert, avant de prendre sa succession en 1978 pour dix années. En 1988, elle rejoint le musée de La Cour d’Or – Metz Métropole, dont elle devient le directeur et le conservateur en chef. La conservation des œuvres, l’organisation d’expositions et l’accueil du public ont guidé les activités de l’institution muséale.

            Parallèlement en 2001, elle est sollicitée pour partager une nouvelle aventure municipale à Montigny-lès-Metz. Adjointe à la culture auprès du maire Jean-Luc Bohl et conseillère régionale, elle participe à la rénovation des différents lieux et à la mise en valeur des associations qui développent une dimension patrimoniale, sociale et culturelle. Nombreuses expositions à caractère régional et national sont organisées au château de Courcelles restauré. Concerts, théâtre et manifestations diverses, consacrés tant au livre qu’à la gourmandise émaillent ces dernières années, à la salle Europa dont la rénovation est en cours.

            La recherche n’est pas abandonnée pour autant et elle s’implique dans plusieurs sociétés historiques. Membre titulaire de l’Académie nationale de Metz depuis 2013, elle mène des études orientées vers les mémoires et les personnages à redécouvrir dans notre région et participe aux travaux de la commission Arts.

            Publications
            1. « Histoire et histoires d’un monument, la statue de La Fayette », Les Cahiers Lorrains n°3, 1986, Metz, Société d’histoire et d’archéologie de la Lorraine
            2. « Monsu Desiderio : le vrai portrait de la cité de Metz », Les cahiers Lorrains, 1992 (n° 3-4), p. 489-504.
            3. « La vie à Metz sous l’occupation allemande », dans Y. Le Moigne (dir.), La Moselle et les Mosellans dans la seconde guerre mondiale, Metz, 1983, p. 143-171.
            4. « Henri Prost et la griserie urbanistique » (avec P. Maurand), dans Urbanisme et architecture en Lorraine, Metz, Éditions Serpenoise, 1982, p. 215-246.
            5. « En art, Metz fait école », dans Metz au temps de Verlaine, Metz, Éditions Serpenoise, 1996, p. 123-139.
            Denis SCHAMING

               

            Né le 2 juin 1957 à Metz d’une famille bitchoise, Denis SCHAMING est administrateur général honoraire Il a effectué ses études universitaires à la Faculté de Droit de Metz puis à la Faculté de Droit de Nancy où il a obtenu deux DEA, en Droit public interne et en Études politiques. Il est également titulaire du Cycle supérieur de management de l’Institut National des Études Territoriales (INET).

            Après avoir enseigné le droit public notamment à la Faculté de Droit de Metz auprès du recteur Pierre Ferrari, il devient assistant parlementaire au Sénat. Il est nommé Secrétaire général adjoint de la Région lorraine puis Directeur de cabinet du ministre-maire de Metz, Jean-Marie Rausch.

            Il occupera ensuite, pendant plus de vingt ans, des fonctions de Direction des affaires culturelles : au Conseil régional de Lorraine d’abord, puis au Conseil général de la Moselle. Il a été également Directeur du Comité régional du tourisme de Lorraine et de la Maison de la Lorraine à Paris. Il a dirigé enfin la Mission « Renaissance » à Nancy.  Après avoir occupé les fonctions de Directeur général adjoint auprès d’André Rossinot pendant huit années, il a terminé sa carrière en 2022 à la Direction du Cabinet du Président de l’Eurométropole de Metz.

            Chancelier des « Amis de Saint- Nicolas des Lorrains à Rome » depuis 2002, il est délégué régional de la Fondation du patrimoine pour la Lorraine.

            Président de la maison d’enfants « Le Foyer des Tilleuls » à Vic-sur-Seille, il est également Administrateur de l’Association Sainte Jeanne d’Arc (Sœurs de la Providence de Saint-André).

            Il est membre titulaire de l’Académie nationale de Metz depuis 2017 et son vice Président depuis 2022.

            Denis Schaming est Chevalier dans l’Ordre national du mérite ; officier dans l’Ordre des Arts et Lettres ; titulaire de la Médaille de bronze Jeunesse et Sports; Chevalier dans l’Ordre  de Saint Grégoire le Grand (État du Vatican) ; chevalier de l’Ordre de la Stella della Solidarietá italiana ( République italienne) ».

             

             

            Publications récentes :
            1. Gravelotte. Du musée de guerre au mémorial mosellan, Mémoires de l’Académie nationale de Metz, 2010, p. 151-170.
            2. Un mémorial lorrain dans la Ville Éternelle. L’église Saint-Nicolas-des-Lorrains à Rome, Mémoires de l’Académie nationale de Metz, 2011, p. 415-428.
            3. Jacques Thuillier. Hommage à un bienfaiteur de la Lorraine et de la Moselle,Mémoires de l’Académie nationale de Metz, 2016, p. 183-195.
            4. Après la réforme territoriale, où va la Lorraine ? , Mémoires de l’Académie nationale de Metz, 2017, p. 103-115.
            5. Des académiciens messins émigrés à Nancy et la section messine de l’Académie de Stanislas (1872-1904),, Mémoires de l’Académie nationale de Metz, 2020, p. 351-364.
            Jacques SICHERMAN

            Né en 1947 à Nancy (Meurthe & Moselle), Jacques SICHERMAN, est ingénieur général honoraire des ponts, eaux et forêts.

            Entré à l’École Polytechnique en 1966, il en sort dans le corps des Ponts et Chaussées, et obtient en 1971 le diplôme d’ingénieur de l’École Nationale des Ponts et Chaussées, qu’il complète en 1972 par un master of science de l’Université de Berkeley, Californie, obtenu dans le domaine de la recherche opérationnelle.

            Sa carrière le conduit ensuite dans plusieurs Directions départementales de l’Équipement, où il est responsable de grands travaux d’infrastructures, avant de s’orienter vers l’urbanisme à la direction de l’agence d’urbanisme de la région urbaine de Reims. Il assume ensuite des fonctions de direction dans plusieurs services, départementaux et régionaux, du ministère de l’équipement, avant de prendre la responsabilité, comme membre du Conseil général des Pont et Chaussées, de l’inspection générale de ce ministère, puis du ministère de l’environnement, du développement durable, de l’énergie, des transports et du logement, pour les trois régions Alsace, Lorraine et Champagne-Ardennes.

            Il a assuré la présidence du conseil d’administration de l’Agence de l’eau de 2004 à 2012, ainsi que de plusieurs organismes nationaux et internationaux dans le domaine de l’eau et des transports, domaine dans lequel plusieurs de ses analyses et rapports ont conduit à des évolutions sensibles des politiques publiques.

            Il est membre de l’Académie nationale de Metz depuis 2010, titulaire depuis 2014 et préside actuellement la commission Urbanisme et Patrimoine.

            Jacques Sicherman est officier dans l’Ordre national du Mérite.

            Choix de cinq publications
            1. « Jérusalem, quartier d’une renaissance », revue Urbanisme, septembre 1983.
            2. « Le praticien face aux utopies d’hier et d’aujourd’hui », dans Les Utopies de la ville, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2001.
            3. « Contrôle et sanction automatisés », dans La politique de sécurité routière, Paris, La Documentation française, 2003.
            4. « Les poids lourds dans le massif des Vosges », Conseil Général de l’Environnement et du Développement durable, 2011.
            5. « Conflit et coopération internationale dans la gestion des fleuves, l’exemple du Rhin », Mémoires de l’Académie nationale de Metz, 2013, p. 131-144.
            Line SKORKA

            Née à Nancy (Meurthe-et-Moselle) en 1951 de parents vosgiens, Line SKORKA est conservateur général honoraire du Patrimoine (spécialité Archives).

            Archiviste-paléographe (promotion 1976 de l’École des Chartes), diplômée de l’INALCO (polonais), titulaire d’un DEA d’histoire à l’Université de Tours (1988), elle a été conservateur aux Archives départementales d’Indre-et-Loire (de 1976 à 1989), directeur des Archives départementales de l’Yonne (1989-1994), puis directeur des Archives départementales de la Moselle (de 1994 à 2008).

            Membre titulaire de l’Académie nationale de Metz depuis 2009, elle en est actuellement le secrétaire général.

            Recherches et publications

            Ses recherches portent sur les archives et plus particulièrement sur l’activité de ses prédécesseurs archivistes, comme en témoignent plusieurs articles, ainsi dans l’ouvrage L’archiviste, historien et témoin de son temps (actes du colloque Quantin Porée tenu à Auxerre le 19 octobre 1991) ou dans les Cahiers lorrains n°1/2, 2009, sur « Le rôle des archivistes allemands dans le développement de la vie culturelle en Lorraine annexée. ». Elle s’intéresse aussi à l’histoire des notaires et participe à l’activité de la commission des archives notariales du Conseil supérieur des archives. Elle travaille aujourd’hui à mieux faire connaître, à travers les Cahiers du Ban, le passé de sa ville d’adoption, Étival-Clairefontaine.

            Pierre-Édouard WAGNER

            Né en 1949 à Metz, Pierre-Édouard Wagner est conservateur en chef du patrimoine (honoraire). Il a été conservateur au musée de Metz (1976-1982), puis conservateur en chef à la bibliothèque-médiathèque de Metz (1987-2014). Il est un des meilleurs spécialistes de l’histoire de Metz et a été retenu à ce titre comme membre du comité scientifique de la candidature de Metz à l’inscription sur la liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO.

            Il est membre titulaire de l’Académie nationale de Metz depuis 2006.

            Quelques publications
            1. « Le paysage urbain de Metz », dans Xavier Barral i Altet (dir.), Le paysage monumental de la France autour de l'an Mil (colloque international du C.N.R.S. « Hugues Capet 987-1987. La France de l'an Mil », juin-septembre 1987), Paris, Picard, 1987.
            2. « Le quartier canonial de Metz », dans J.-C. Picard et Y. Esquieu (dir.), Les chanoines dans la ville. Recherches sur la topographie des quartiers canoniaux en France, Paris, De Boccard, 1994.
            3. « Le Haut Moyen Âge », dans P. Flotté, Carte archéologique de la Gaule, 57-2 : Metz, Paris, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 2005.
            4. Metz médiévale : une république patricienne, Paris, Éditions du Patrimoine, 2013.
            5. Cathédrale Saint-Étienne, Metz, photos de Chr. Legay, Paris, Monum, Éditions du Patrimoine, 2013, 79 p.
            Jean-Marie YANTE

             Né à Jemelle (Belgique) en 1950, Jean-Marie Yante est professeur ordinaire émérite de l’Université catholique de Louvain (à Louvain-la-Neuve) et ancien professeur associé à l’Université du Luxembourg.

             Docteur en philosophie et lettres (histoire) et maître en sciences économiques de l’Université catholique de Louvain, ainsi qu’élève diplômé de l’École pratique des Hautes Études de Paris, il a été chef de section aux Archives générales du Royaume à Bruxelles (jusqu’en 2001). Il est membre de la Commission royale d’Histoire (Bruxelles) et de la Commission royale pour la publication des anciennes lois et ordonnances de Belgique, trésorier de l’Académie luxembourgeoise (Arlon) et secrétaire général du Centre de recherches sur le commerce international médiéval (Troyes).

             Ses recherches actuelles portent principalement sur l’histoire économique du Bas Moyen Âge et du début de l’Époque moderne.

             5 publications

             

            • Le Luxembourg mosellan. Productions et échanges commerciaux. 1200-1560, Bruxelles, 1996, 539 p. (Académie royale de Belgique. Mémoire de la Classe des Lettres, coll. in-8°, 3e sér., 13).
            • Le péage lorrain de Sierck-sur-Moselle (1424-1549). Analyse et édition des comptes, Sarrebruck, 1996, 376 p. (Veröffentlichungen der Kommission für Saarländische Landesgeschichte und Volksforschung, 30).
            • « Le contrôle du faîte des Vosges : aspects politiques et économiques à l’aube des Temps modernes », dans Des ressources et des hommes en montagne, J. Duma, Paris, 2019, p. 144-158 (Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques) – édition en ligne.
            • La route au Moyen Âge. Réalités et représentations, éds M.-H. Corbiau, Van den Abeele, J.-M. Yante et A.-M. Bultot-Verleysen, Louvain-la-Neuve, 2020, 346 p. (Université catholique de Louvain. Publications de l’Institut d’Études Médiévales. Textes, Études, Congrès, 32).
            • « Les forêts du domaine luxembourgeois de Thionville (XIVe-XVIIe siècles). D’une gestion traditionnelle à une exploitation commerciale », dans Les Cahiers lorrains, 2021, n° 2, 34-44.

             

            Membres honoraires

            François BELIN

            Né le 16 octobre 1924 à Marles-les-Mines, Pas-de-Calais, François BELIN a été élève à Béthune, avant d’obtenir une licence en Droit et un certificat d’histoire moderne et contemporaine en Sorbonne, puis suivi des études à Sciences-Po Paris et à l’Institut d’Urbanisme de Paris.

            Engagé aux Houillères du Bassin de Lorraine en 1952 comme urbaniste, il est devenu ensuite responsable des services sociaux et enfin des relations publiques des HBL.

            Membre du CIEDEHL (Centre d'Information et d’Études d’Économie Humaine en Lorraine), et correspondant d’arrondissement du CAPEM (Comité d’Aménagement et du Plan d’Équipement de la Moselle).

            – Promoteur de l’AFAEI (Association des Parents d’Enfants Inadaptés) du bassin houiller ;
            – Président du SNAPEI (Syndicat National des Associations de Parents d’Enfants Inadaptés, employeurs) ;
            – Promoteur de l’ACBHL (Action Culturelle du Bassin Houiller de Lorraine), et du CCSTI (Centre des Culture Scientifique Technique et Industriel) du bassin houiller ; – Conseiller Municipal de Saint-Avold.

            François Belin a été élu membre titulaire de l’Académie nationale de Metz en 2002, passé depuis dans le rang des membres honoraires.

            Choix de publications
            1. « le Siège de Merlebach», Les Cahiers Lorrains, n°2/ 2003, SHAL.
            2. « Naissance et Développement des Houillères de Lorraines », Le Pays Lorrain, vol. 87, septembre 2006.
            3. « Les dernières années des Houillères lorraines », Le Pays Lorrain, vol. 87, décembre 2006.
            4. Édition du « Journal du Siège de Metz (1870/71) » du lycéen Arthur Poline.
            5. Édition de Sous le Joug. Journal de guerre 1914/1918, de Clémence Leroy (institutrice dans un village du Pas-de-Calais occupé pendant 4 ans par l’armée allemande).
            Jacques BLOCH

            Né en 1929 à Metz (Moselle), Jacques BLOCH est radiologiste honoraire du CHR de Metz-Thionville. Prix de thèse, lauréat de la faculté de médecine de Strasbourg en 1956.
            Ancien radiologiste des Hôpitaux du CHR de Strasbourg, il a été de 1964 à sa retraite en 1994 chef de service d’électroradiologie du Centre hospitalier de Metz devenu ensuite CHR de Metz–Thionville.

            En tant que président de la commission médicale du Centre hospitalier de Metz, il a œuvré à la constitution du CHR de Metz-Thionville créé en 1977. Il a assuré le premier mandat de la présidence alternée du nouveau CHR, puis il fut membre du conseil d’administration du CHR.
            Il a participé à l’enseignement du certificat de radiologie du CHU de Strasbourg, il a aussi enseigné la radiologie à l’école des manipulateurs et à l’école de formation des cadres hospitaliers.
            Membre élu du conseil de la faculté de médecine de Nancy.

            Il a été vice-président du consistoire israélite de la Moselle de 1986 à 2002, puis vice-président honoraire. Il est membre titulaire de l’Académie nationale de Metz, puis honoraire depuis 2009.
            Ses recherches portent sur l’histoire de la médecine en Moselle et sur l’histoire du judaïsme en Moselle.
            Chevalier de l’Ordre national du Mérite, médaille commémorative de la campagne d’Algérie.

            Quelques publications
            1. De nombreuses publications de radiologie, de radiothérapie et de radio diagnostic dans des revues spécialisées.
            2. Histoire de la Médecine en Moselle (Jean Lazare, dir.), 4 tomes, Metz, Société des sciences médicales de la Moselle, 2000 (416 p.), 2002 (445 p.), 2005 (142 p.) et 2006 (335 p.).
            3. Le Centre Hospitalier régional Metz-Thionville : héritier d’une tradition millénaire, (Gérard Michaux, dir.), Éditions Serpenoise, Metz, 2013, 280 p.
            4. Le Martyrologue des Juifs de la Moselle, 1939–1945, (préfet Robert Hayem, dir.), Éditions Fensch vallée, 1999, 121 p.
            5. « Le Rabbin Élie Bloch (1909-1943), rabbin de la jeunesse de Metz, belle figure de la Résistance française », Mémoires ANM, 2015, p. 85-90.
            Rosette CHONE

            Rosette CHONE est née en 1938 à Briey. Ce n’est qu’à 30 ans qu’en candidat libre elle passe son bac ; enseignante en école primaire, puis en collège et lycée, elle obtient à l’Université de Nancy-II, licence et maîtrise en lettres modernes et en histoire de l’art (sujet de maîtrise conseillé par Yves Le Moigne sur La sculpture funéraire du cimetière de l’Est de Metz (1830-1870). Elle passe le CAPES de lettres modernes en 1980, puis soutient en 1994 une thèse intitulée La circulation des idées et des hommes, entre Meuse et Rhin, de Liège à Bâle, 1815-1870. Chaque année, de 1968 à 1985, elle participe en Italie à des stages d’un mois d’art et civilisation pour étrangers, puis, à partir de 1986, fréquente l’École internationale de gravure de Venise où elle rencontre des artistes du monde entier en photographie, gravure, livre d’artiste ; elle participe à des expositions personnelles et collectives, tant en France qu’en Italie.

            Grande voyageuse, elle a visité nombre de terres lointaines, le Groenland, l’Islande, la Laponie, l’Alaska, les Kerguelen, la Patagonie, entre autres. De chaque voyage, elle a rapporté des photos exposées en France et en Italie ; elle dessine et grave ce qu’elle a vu… Autodidacte, Rosette Choné est passionnée de sciences et techniques, d’histoire et de littérature ; ses auteurs préférés vont de René Char à Pablo Neruda, de Dante au Cantique des Cantiques, de Teilhard de Chardin à Mozart ou Fauré.

            Elle a réalisé une centaine de « livres d’artistes » (gravures, collages ou aquarelles et reliures) à partir de réflexions ou d’émotions, livres secrets sortis du silence et de la solitude de son atelier. « Plus j’avance, plus j’aime la terre et la vie. Partir visiter un peu la Terre, voir comment les hommes vivent et pensent ailleurs, me paraît de plus en plus essentiel. »

            Pour son parcours atypique et son esprit artistique et libre, elle a été promue chevalier de la Légion d’Honneur en 2012 et élue membre titulaire de l’Académie nationale de Metz en mai 2014.

            Membre honoraire depuis octobre 2018, R. Choné participe aux travaux de la commission qui décerne les prix Arts.

            Jean DAVID

            Né à Argenteuil (Val d'Oise) en 1932, Jean DAVID est professeur honoraire de l'Université de Lorraine. Ancien élève de l'École Normale Supérieure de Saint-Cloud, il est agrégé d'allemand et docteur d'État en études germaniques. Il a enseigné successivement au Lycée Fabert de Metz, à la Faculté des Lettres de Nancy et, de 1968 à 1995, à l'Université de Metz.

            Son domaine de recherche a été la linguistique allemande, en particulier l'analyse syntaxique. Sa participation aux travaux de l'Académie l'a amené à s'intéresser aux auteurs messins de langue allemande de la période de l'Annexion

            Il a été président de l'Université de Metz de 1979 à 1988, cofondateur de l'ISFATES, coprésident du Collège franco-allemand pour l'Enseignement supérieur et président fondateur de l'Université franco-allemande.

            Membre titulaire en 2006, il est membre honoraire de l'Académie depuis 2012.

            Il est Officier de la Légion d'Honneur et de l'Ordre national du Mérite et Commandeur du Mérite fédéral allemand.

            Choix de cinq publications
            1. « Peut-on dire que l'expression « tomber des nues » a un sens propre ? » dans Mémoires de l'Académie Nationale de Metz, 2005, p. 177 -183.
            2. « René Magritte, illustrateur du Cours de Linguistique générale de Ferdinand de Saussure » dans Mémoires de l'Académie Nationale de Metz, 2008, p.125-135.
            3. « Quand les prédicables reviennent, les attributs revivent » dans Déconstruction – Reconstruction : autour de la pensée de Jean-Marie Zemb, Gallèpe Thierry et Martine Dalmas éd, Limoges, Lambert-Lucas, 2011, p. 151-160.
            4. « Ernst-Moritz Mungenast et Adrienne Thomas : eux aussi ont aimé Metz et le pays messin », dans Metz : l'Annexion en héritage 1871-1918, Metz, Académie nationale de Metz/ Gérard Klopp éd, 2012, p. 65-82.
            5. « La coopération transfrontalière », dans L'Université à Nancy et en Lorraine : histoire, mémoire et perspectives, Jean El Gammal, Eric Germain et François Lormant éds, PUN - Éditions universitaires de Lorraine, 2015, p. 331-350.
            Nadia DEVINOY

            Nadia GODAR est née à Bucarest (Roumanie) en 1930. Entre 1945 et 1947, elle a suivi dans sa patrie l’enseignement de l’école des Beaux-Arts, section peinture, avant de passer son baccalauréat en 1948. C’est l’année où sa famille émigre en France. Entre 1949 et 1958, elle est inscrite à l’École nationale supérieure des Beaux-Arts à Paris, section architecture, dans l’atelier d’Auguste Perret et de Marcel Lods.

            En 1958, elle est diplômée DPLG et exerce, entre 1958 et 1975 la profession libérale d’architecte, réalisant de nombreux chantiers : écoles, cliniques, bâtiments industriels, maisons individuelles, immeubles.

            Après des études supérieures d’Histoire et de Conservation des monuments anciens entre 1976-78, elle est nommée, en 1978, architecte des Bâtiments de France pour la Moselle, puis jusqu’en 1995, chef du Service départemental d’architecture.

            De 1995 à 1999, elle est adjointe au Maire de Metz, chargée de l’Urbanisme et présidente de l’Agence d’Urbanisme de la Région Messine. Elle reçoit la médaille de bronze du Tourisme en 1997. Entre 2000 et 2010, elle est déléguée pour la Moselle de la Fondation du Patrimoine.

            Nadia Devinoy est chevalier dans l’Ordre national du Mérite depuis 1997.
            Elle a été élue membre titulaire de l’Académie Nationale de Metz en 2005 ; elle en est membre honoraire depuis 2010.

            Robert FERY

            Né en 1937 à Metz, Robert FERY est chanoine d’honneur de la Cathédrale de Metz.

            Après des études au Grand Séminaire de Metz, il est ordonné prêtre en juin 1966 et nommé professeur au Collège épiscopal de Bitche. En 1971 il fonde et préside le Centre culturel Saint-Augustin et en 1980 l’école de musique du Pays de Bitche. Il obtient en 1975 le Certificat d’État à l’exercice des professions socio-éducatives (Capase).

            Nommé en 1985 au Séminaire interdiocésain de Lorraine à Nancy (1985-1989) et prêtre coopérateur de la paroisse Sainte-Thérèse de Metz dont il devient le curé (1989-1998). Chanoine titulaire de la Cathédrale (1998-2012) ; il assume en même temps la fonction de directeur de Radio Jérico (1998-2006), puis de président (2006-2009).

            A créé, en 1993, le Festival des Voix Sacrées dont il est le vice-président et, en 2009, Chemins d’art et de foi en Moselle.

            A obtenu la médaille d’argent de la Jeunesse et des Sports en 1993.

            Membre titulairede l’Académie nationale de Metz en 2009, puis honoraire en 2017 , il préside la commission communication.

            Choix de publications
            1. Paroles de lumière, Metz, Éditions Serpenoise, 2000.
            2. Metz, creuset des contrastes (avec Gaëtan Avanzato), Paris, Autrement, 2006.
            3. Jours de fête, histoire des célébrations chrétiennes, Paris, Seuil, 2008.
            Monique HECKER

            .

            Monique Hecker a été pendant 37 ans journaliste de terrain au Républicain Lorrain, d’abord à Nancy, puis à Metz. Spécialisée dans les questions scolaires et universitaires, elle a accompagné et soutenu, de 1979 à 2003, la jeunesse et le développement de l'université de Metz. Parvenue à l’âge de la retraite, elle poursuit sa passion pour le journalisme, publiant pendant plus de six ans, de 2009 à 2015, une rubrique intitulée Couarail dans le supplément hebdomadaire du Républicain Lorrain, et présidant durant plusieurs années le club de la presse de Metz. Membre correspondant le 4 mars 2010, elle en est membre titulaire depuis 2019 et secrétaire des séances. 

            Jean-Paul HENNEQUIN

            Né en 1932 à Metz, Jean-Paul Hennequin est docteur en médecine, spécialiste en anatomie pathologique, en médecine légale et en hématologie.

            Ancien chef de service d’anatomie pathologique au Centre hospitalier régional de Metz. Ancien expert en médecine légale près la cour d’appel de Metz. Ancien président de la Division française de l’Académie Internationale de Pathologie.

            Ancien gouverneur du Rotary, District 1790.
            Membre titulaire de l’Académie nationale de Metz depuis 2006, promu au rang des membres honoraires en 2012, il participe aux travaux de la commission Publication des Mémoires.

            Quelques publications
            1. « Ruptures traumatiques et spontanées de la rate, discussion étiologique et pathogénique », Annales médicales de Nancy, 1965, p. 985-993.
            2. « Essai clinique du FH027 (oestro-progestatif de synthèse) », Annales médicales de Nancy, 1968, p.110-116.
            3. « Étude médico-légale de la catastrophe du puits Simon », Mémoires de l’Académie nationale de Metz, 1993, p. 205-208.
            4. « Trente ans de médecine légale thanatologique en Moselle », Mémoires de l’Académie nationale de Metz, 2002, p. 151-157.
            5. « La fœtopathologie », Mémoires de l’Académie nationale de Metz, 2010, p. 121-125.
            Marie-Antoinette KUHN-MUTTER

            Née en 1932 à Sarralbe (Moselle), Marie-Antoinette KUHN-MUTTER est docteur en Histoire et Civilisations–Histoire de l’Art. Elle est membre titulaire de l’Académie Nationale de Metz depuis 2003.

            Après un Deug en Psychologie suivi d’une année de licence, Marie-Antoinette Kuhn a entrepris des études en histoire de l’art à l’Université de Toulouse-le Mirail, où elle a obtenu la licence d’histoire de l’art.

            De retour en Lorraine en 1978, elle a poursuivi sa formation à l’Université de Nancy-II pour obtenir le doctorat de 3e cycle en histoire de l’art. Le sujet de sa thèse portait sur La sculpture monumentale religieuse des XIIIe et XIVe siècles dans le diocèse de Metz.

            Marie-Antoinette Kuhn, s’est plus particulièrement investie dans les conférences et les voyages culturels.

            Membre titulaire en 2003 M.-A. Kuhn a demandé à passer au rang de membres honoraires en 2020.

            Publications
            1. La cathédrale de Metz. Des pierres et des hommes, Metz, Éditions Serpenoise, 1994.
            2. Oratorio pour une cathédrale, Metz, Éditions Serpenoise, 2011.
            3. Saint Vincent au rythme du temps, Metz, Éditions Serpenoise, 2005.
            4. Les vitraux de Jean Cocteau à Saint Maximin. Féerie de lumière et de couleur, Metz, Éditions Serpenoise, 2013
            5. De nombreux articles dans diverses revues.
            Jean-Bernard LANG

            Né à Strasbourg en 1936, Jean-Bernard Lang est pharmacien diplômé de la faculté de pharmacie de cette ville (en 1958), ainsi que certifié en sérologie. Installé comme pharmacien d’officine à Metz de 1961 à 1995, il a mené de pair des études d’histoire à partir de 1975, à l’université de Metz d’abord (licence et maîtrise) avant de passer un DEA d’histoire médiévale à la Sorbonne en 1979 puis un doctorat d’histoire moderne à Nancy II en 2005.

            A partir de 1979, il s’est spécialisé peu à peu en histoire juive, générale d’abord, puis plus spécifiquement messine après avoir participé à l’exposition « Du ghetto à la nation » organisée en 1990 à Metz dans le cadre du bicentenaire de la Révolution française.

            Membre de l’Académie nationale de Metz depuis 2005, titulaire depuis 2012 et à présent honoraire, il est chevalier dans l’Ordre des Arts et Lettres.

            Principales publications
            1. Sous le sceau de Jeurue, roman historique, Metz, Éditions Serpenoise, 1997 (Prix Erckmann-Chatrian et prix d’histoire de l’Académie nationale de Metz).
            2. Histoire des Juifs en Moselle, co-auteur C. Rosenfeld, Metz, Éditions Serpenoise, 2001.
            3. Les Fanchen, roman historique, Metz, Éditions Serpenoise, 2006.
            4. Les robes écarlates, Metz, Édition Serpenoise, 2008.
            5. Contribution à l’Atlas de la vie religieuse en Lorraine à l‘époque moderne, Metz, Éditions Serpenoise, 2011.
            Jean-Claude LAPARRA

            Né en 1942 à Reims (Marne), le général (2e S.) Jean-Claude LAPARRA a servi dans la Gendarmerie nationale, après avoir débuté sa carrière militaire dans l’armée de Terre. Il a commandé en 1997/98 une mission internationale de « maintien de la paix » (ONU) en Haïti.

            Diplômé d’état-major, breveté de l’enseignement militaire supérieur du 2e degré (promotion jumelée à la 101e de l’École de Guerre Terre), ancien auditeur de l’Institut des Hautes Études de la Défense Nationale (université de la Sorbonne, Paris, 1991 ; École militaire, Paris, 1995), il a également fréquenté des établissements d’enseignement supérieur à Nancy, Paris, La Varennes-Saint-Hilaire, Metz et à nouveau Paris. Il est titulaire, entre autres, d’un doctorat en histoire de l’université de Paris I-Panthéon-Sorbonne (1996).

            Spécialiste de la Première Guerre mondiale, il étudie particulièrement l’organisation et le fonctionnement de l’armée allemande pendant ce conflit. Il est l’auteur ou le coauteur d’une soixantaine d’articles et d’une vingtaine d’ouvrages, dont l’un a obtenu en 2007 le prix Georges Sadler de l’Académie de Stanislas de Nancy.

            Jean-Claude Laparra, membre de l’Académie nationale de Metz depuis 2003, préside actuellement la commission Publications.

            Cinq derniers ouvrages
            1. De Verdun à Spa – Le favori du Kronprinz, Le Sturmbataillon Rohr, avec P. Hesse, Paris, éd. Histoire & Collections, 2011.
            2. L’envers des parades - Le commandement allemand 1914-1918, réalités et destins croisés, avec P. Hesse, Saint-Cloud. éd. SOTECA/14-18, 2011.
            3. Metz 1914-1918 – Soigner et secourir entre front et intérieur, avec P. Hesse, Metz, éd. Les Paraiges, 2014.
            4. Alpenkorps – Le Corps alpin allemand, des montagnes à l’enfer de Verdun, 1915-1918, avec P. Loiseleux-Ramos, Paris, éd. Histoire & Collections, 2016.
            5. Quand la marine impériale bombardait Nancy – Le centenaire du « Gros Max » de Hampont 1916-1917, avec Chr. Pautrot, A. Felten, P. Loiseleux-Ramos et E. Nabunsky, Thionville, Gérard Klopp éditeur, 2016.
            Jean-François MULLER (ⴕ)

            Né le 1er juin 1940 à Lyon, Jean-François MULLER est professeur émérite en chimie-physique à l’Université de Lorraine.

            Ingénieur diplômé de l’École Nationale de Chimie de Strasbourg (1965), il est titulaire d’un doctorat d’État ès sciences délivré par l’Université de Metz, au sein de laquelle il a effectué toute sa carrière universitaire. Après un premier post-doc à l’Université de Bâle (Suisse) en chimie-physique (1974-1975), puis un second en photochimie à l’Université d’Utah (USA) (1976-1977), il s’est spécialisé par la suite en spectrométrie de masse par ionisation laser.

            Il a créé par la suite le Laboratoire de Spectrométrie de Masse et de Chimie Laser (LSMCL) au sein de l’Université de Metz après avoir été nommé professeur et l’a dirigé de 1984 à 2006 en formant une cinquantaine de doctorants dans cette spécialité. Il a également dirigé l’Institut de Physique et d’Électronique de 1992 à 1995.
            Adjoint au Maire de Metz de 1995 à 2008, il a eu en charge chargé principale l’enseignement durant son premier mandat puis, au cours du second, l’environnement et l’énergie.
            Membre titulaire de l’Académie depuis 2012, il en a été le président de 2016 à 2019. Il est actuellement président honoraire.

             

            Choix de cinq publications
            1. Laser desorption/ionization mass spectrometry of diesel particulate matter with charge transfer complexes, V.Carré, L.Vernex-Loset, G. Krier, P. Manuelli, J-F.Muller, Analytical Chemistry, 76, 3979, (2004).
            2. Capabilities of laser desorption and laser ablationFourier Transform Mass Spectrometry for the analysis of pollutants in complex matrices. F. Aubriet, V. Carré, J-F. Muller, Spectroscopy Europe, 16, 14-22, (2005).
            3. Sceening of DHFR-binding drugs by MALDI-TOFMS, P. Hannewald, B. Maunit, J-F. Muller, Analitycal and Bioanalytical Chemistry, 392, 1335-1444, (2008).
            4. Determination and imaging of metabolites from vitis vinifera leaves by laser desorption/ionization time-of-flight mass spectrometry. G.Hamm, V. Carré, A. Poutaraud, B. Maunit, G. Frache, D. Merdinoglu, J-F. Muller, Rapid Commun. in Mass Spectrom., 24(3), 335-342, (2010).
            5. « L’extraordinaire développement de l’Égypte au cours des IIIe et IVe dynasties (2680-2470 avant J.-C.) », Mémoires de l’Académie Nationale de Metz, série VII, tome XXIV, 2011, p. 291-317.
            Gabriel NORMAND

            Né le 15 décembre 1942 à Metz, Gabriel NORMAND est prêtre du diocèse de Metz.

            Après ses études secondaires au Petit-Séminaire Saint-Louis-de-Gonzague à Montigny-lès-Metz et sa formation au Grand-Séminaire de Metz, il est ordonné prêtre, le 29 juin 1967 à la cathédrale Saint-Étienne de Metz. Nommé vicaire à la paroisse de l’Immaculée-Conception de Metz-Queuleu, en 1967, il sera ensuite successivement curé des paroisses de Metz-Borny, puis Metz-Saint-Vincent/Saint-Clément et Sainte-Ségolène et enfin Scy-Chazelles avec l’administration temporaire de celle de Lessy et de Longeville-lès-Metz-Saint-Quentin. En septembre 2001, il est nommé chanoine titulaire du Chapitre de la cathédrale Saint-Étienne de Metz, où il assumera la fonction de trésorier, et sera élu Doyen du chapitre après le décès du chanoine Victor Scheidt. Le 1er septembre 2017, il est retraité.

            Depuis son vicariat, attiré par le goût Beau et la photographie, il s’intéresse en particulier à l’Art Sacré. « Embauché » par le chanoine Théophile Louis, membre de l’Académie et secrétaire de la Commission Diocésaine d’Art Sacré, il sillonne avec lui les routes de Moselle pour répertorier tout ce que les paroisses conservent de patrimoine.

            Il succède à un académicien, M. Eugène Voltz, comme Conservateur des Antiquités et Objets d’Art du département de la Moselle. Comme chanoine et vice-président de la Commission Diocésaine d’Art Sacré, il a œuvré activement au sein du Comité de pilotage mis en place pour l’aménagement du nouveau sanctuaire de la cathédrale de Metz en 2006.

            Entré comme membre correspondant de l’Académie nationale de Metz en 2008, il est élu membre titulaire 2021.

            Il a participé au catalogue et à l’exposition : « Sur le chemin des Reliques », organisée par le Musée de la Cour d’Or.

            Dans le cadre de la Commission Diocésaine d’Art Sacré, il a réalisé un fascicule : « Les églises en Moselle », pour accompagner l’action des Conseils de Fabrique.

            Il a fait partie du Comité scientifique pour l’édition du livre : « La grâce d’une cathédrale : Metz », éditions la Nuée Bleue, 2019. Il en a écrit plusieurs chapitres.

            Christiane PIGNON-FELLER

            Née en 1940 à Algrange (Moselle). Après une carrière de professeur certifié de lettres modernes à Metz, elle reprend des études jusqu’à l’obtention d’un doctorat en Histoire et civilisation de l’Antiquité à nos jours, spécialité Histoire de l’art : Du Second Empire au deuxième Reich. De la vieille ville à la nouvelle ville. Urbanisme, architecture, décor. Metz 1848-1918, Université de Nancy-II, 1999, 1122 p. (Prix de la recherche 1999 du Conseil régional de Lorraine, Grand Prix 1999 de l’Académie nationale de Metz).

            Guide conférencière de la CNMHS à l’Office de tourisme de Metz, membre de la commission locale du secteur sauvegardé de Metz, membre du comité scientifique Unesco de Strasbourg et de Metz et membre du comité technique Unesco à Metz.

            Ses recherches portent sur l’art, les artistes et le patrimoine des XIXe et XXe siècles à Metz et dans l’espace frontalier franco-allemand. Participant à de nombreux colloques dans ces domaines, elle a publié des articles dans des Actes et des revues locales et nationales françaises et allemandes, des guides touristiques, des catalogues d’expositions. Elle a collaboré à des monographies urbaines et a coordonné et suivi des études sur les mêmes sujets.

            Membre titulaire de l’Académie nationale de Metz depuis 2008, passée dans le rang des membres honraires depuis 2021, Ch. Pignon-Feller est présidente de la commission ARTS.

             

            Choix de cinq publications
            1. Metz 1848-1918, les métamorphoses d’une ville, Metz, Éditions Serpenoise, 2005, 630 p., ill., cartes et plans. (Prix Erckmann-Chatrian, Bourse Lorraine 2006, Prix des conseillers généraux de Lorraine 2006).
            2. Moselle XVIIe–XXe siècle, Architecture protestante, Metz, Conseil général de Moselle / Éditions Serpenoise, 2006, 238 p.
            3. Metz Impérial, 1870-1918 : Patrimoine, intérieur et art de vivre, Metz, Domini éditeur, 2011, 192 p. (Prix des Conseillers généraux de Lorraine, 2011)
            4. Metz 1848-1918, les métamorphoses d’une ville, Paris, Editions du Patrimoine, Réunion des Musées nationaux, 2013, 496 p.
            5. Metz 1900-1939, Un quartier impérial pour une nouvelle ville, Collection Itinéraires du patrimoine, Paris, Éditions du Patrimoine, Réunion des Musées nationaux, 2013, 64 p.
              Traductions allemande et anglaise en 2014.
            René SCHNEIDER

            Né en 1941 à Amnéville (Moselle), René SCHNEIDER est prêtre du diocèse de Metz et maître de conférences honoraire de l’Université de Lorraine.

            Licencié en histoire et docteur en théologie, il a enseigné l’histoire moderne et contemporaine ainsi que l’histoire du christianisme à l’Université de Metz de 1970 à 2007. Directeur du Centre Autonome d’Enseignement de Pédagogie religieuse, département de théologie de l’Université de Metz, de 1990 à 1996, il a également été chargé de mission d’inspection des professeurs d’enseignement religieux catholique dans les établissements publics et privés du département de la Moselle. Membre titulaire de l’Académie nationale de Metz depuis 2004, il participe aux travaux de la commission Histoire et littérature. Il préside aussi durant plusieurs années la Société d’Histoire et d’Archéologie de la Lorraine.

            Ses recherches portent principalement sur l’histoire religieuse : après avoir collaboré à une histoire du diocèse de Metz, parue en 1970, il a participé à plusieurs programmes nationaux du CNRS dont, en particulier, l’élaboration des Matériaux pour l’histoire religieuse du peuple français, XIXe-XXe siècles. Plusieurs de ses publications concernent la situation particulière des départements concordataires.

            Officier dans l’Ordre des Palmes académiques, il est également Prélat d’honneur de Sa Sainteté.

            Membres associés libres

            Anne ADRIAN

            Née le 26 octobre 1977 à Saint-Germain-en-Laye (Yvelines), Anne Adrian est conservatrice territoriale du patrimoine. Après avoir dirigé le musée départemental Anne-de-Beaujeu à Moulins-sur-Allier, elle est depuis 2007, responsable des collections médiévales et d’histoire naturelle au musée de la Cour d’Or, et depuis 2021 également cheffe du service Études et recherches à la Direction du musée et de l’archéologie de l’Eurométropole de Metz.

            Diplômée de l’Institut National du Patrimoine (2004), médiéviste de formation, elle a organisé plusieurs expositions temporaires à Moulins et à Metz, et des journées d’études scientifiques sur des sujets en lien avec des collections remarquables du musée (chancel, sculptures).

            Dans le cadre de l’exercice de son métier, elle participe à diverses instances : Centre Régional Universitaire Lorrain d’Histoire, Commission Scientifique régionale pour les Restaurations d’œuvres des musées du Grand Est, Société nationale des Antiquaires de France.

            Sélection de publications :

            • (direction) Le chancel de Saint-Pierre-aux-Nonnains de Metz, Actes du colloque, Metz, Silvana Editoriale, avril 2021.
            • « Saint Pierre en pape » et « Vierge de Pitié », notices dans « Principales acquisitions des musées de France », La Revue des musées de France. Revue du Louvre, 2019, vol. 2, nos81 et 82, p. 79.
            • (codirection) Splendeurs du christianisme. Art et dévotions de Liège à Turin, Xe–XVIIIe siècles, catalogue de l’exposition au musée de La Cour d’Or - Metz Métropole, Mare et Martin, 2018.
            • « Le voile de Carême, toile de la Passion du Christ », revue Chancels. Société des Amis des Arts et du Musée de la Cour d’Or, 2018, p. 85-88.
            • « Plaque d’ivoire d’Adalbéron », catalogue de l’exposition Eve ou la folle tentation, Autun, Musée Rolin, 2017, cat. 37, p. 158-159.
            Jean-Paul AUBE

            (à venir)

            Pierre BECQ

            (à venir)

            Philippe BRUNELLA

            (à venir)

            Franck COLOTTE

            (à venir)

            Marie-Reine DEMOLLIERE

            (à venir)

            Patricia GERARDIN

            (à venir)

            Gérard GIULIATO

            (à venir)

            Emile-Pierre GUENEAU

            (à venir)

            Jean-Pierre JAGER

            (à venir)

            Marie-Agnès MIRGUET

            Née en 1950 à Suresnes (92), Marie-Agnès MIRGUET est conseiller honoraire à la Cour de cassation.

            Après des études secondaires à Genève (Suisse), des études de droit à la faculté de droit de Nancy, un prix du meilleur étudiant de l’Institut d’études judiciaires de Nancy, le concours de l’E.N.M., elle intègre l’Ecole nationale de la Magistrature en 1974. Après quelques mois de juge au tribunal de grande instance de Thionville en 1976, elle exerce les fonctions de juge d’instruction au tribunal de grande instance de Metz pendant quatre ans. Promue premier juge audit tribunal, elle en sera vice-président jusqu’en 1988. Conseiller à la cour d’appel de Metz, elle exerce les fonctions de président de cour d’assises de la Moselle jusqu’en 1993. Puis, président de la chambre d’accusation de la cour d’appel de Nancy, elle revient dans ces mêmes fonctions à Metz fin 1997. A compter de l’an 2000, président de la chambre de l’instruction de ladite cour, à compter de 2011, promue par le C.S.M. aux fonctions de conseiller à la chambre criminelle de la Cour de cassation. Honoraire depuis juillet 2015, elle exerce à nouveau des activités juridictionnelles à compter de 2019 à la cour criminelle de la Moselle.

            Parallèlement président de la cour régionale des pensions de la Moselle, puis président de la chambre de discipline de l’Ordre des vétérinaires du Grand Est, elle a également exercé des fonctions de maître de conférences à la faculté de droit de Nancy, assurant un cours de procédure pénale en Master 2 contentieux.

            Actuellement, elle est membre du Comité de déontologie des élus de la Ville de Metz, de l’Eurométropole et de 34 communes de la Métropole de Metz.

            Nommée chevalier dans l’Ordre de la Légion d’Honneur en 2012, elle a été promue au grade d’officier dans l’Ordre national du Mérite en 2015.

            Entrée à l’Académie nationale de Metz en 2021, elle est actuellement associé-libre.

            PUBLICATIONS

            Outre des publications professionnelles, elle a écrit :

            - sur l’histoire de la cour d’appel de Metz : « Les vicissitudes de la cour d’appel de Metz », cf. A la découverte du Droit Local- édition 2001 ; Les affiches d’Alsace-Moselle 2002 ; Le journal des Sociétés n°97 décembre 2017 ; La Semaine du 11 janvier 2018. « Les conséquences du Traité de Francfort sur l’organisation judiciaire en Moselle », cf. La blessure mal refermée, édition Les Paraiges. « Le cinquantenaire du rétablissement de la cour d’appel de Metz », colloque du 21 octobre 2023, Revue Renaissance du Vieux Metz 2024.

            - sur l’histoire du Palais de justice de Metz : << Le Christ en croix du palais de justice à l’abbatiale de Saint-Avold>>, cf. Renaissance du Vieux Metz n°189-novembre 2018 ; Le Cahier du Pays Naborien-n° 29-2018.

            -sur l’histoire de son arrière-grand-père, Anselme dit Augustus GRINEVALD, artiste-peintre lorrain du XIXe siècle, connu aux Etats-Unis pour avoir peint des scènes de la guerre de Sécession et ayant notamment exposé à Metz en 1869 à l’exposition de la Société des Amis des Arts organisée sous le patronage de l’Académie Impériale de METZ, cf. Le Cahier du Pays Naborien-n° 30-2019. Publication du livre :« Le destin contrarié d’un peintre lorrain : Anselme dit Augustus GRINEVALD, 1819-1875 », Ed. Les Paraiges, oct.2020

              Maurice NOEL

              ( à venir ) 

               

              Michael SANDER

              ( à venir ) 

               

              Jean-Marie SAYS

              ( à venir ) 

               

              Ursula SCHATTNER-RIESER

              Née en 1966 au Tyrol autrichien, Ursula Schattner-Rieser est de nationalité française et autrichienne. Elle est Professeur d'études juives et de philologie de langues sémitiques, en particulier d'hébreu et d'araméen, à l'Institut d'études juives Martin Buber de l'université de Cologne/Allemagne et enseigne la linguistique sémitique à l'université d'Innsbruck/Autriche. Elle dispense également des cours d’hébreu aux Sessions des amis d’hébreu/Paris et conférencière et intervient régulièrement comme conférencière à l’Institut universitaire européen de l’Institut Rashi, Troyes.

              Itinéraire : Titulaire d’un doctorat de l’Habilitation à diriger des recherches de l’EPHE Sorbonne U. Schattner-Rieser a enseigné à l’Ecole des Langues et Civilisation de l’Orient Ancien de l’Institut Catholique de Paris (1996-2011) et à l’EPHE en Sorbonne (2001-2010). Elle était chargée de recherche aux universités de Mayence (2016-2017) et d'Innsbruck (2012-2016) pour la recherche de fragments juifs médiévaux dans les archives et bibliothèques du Tyrol. Ses recherches portent sur le judaïsme, la théo-linguistique, Qumran et les manuscrits de la mer Morte, les fragments hébraïques du Moyen-âge et les formules de prière du Notre Père araméen.

              Membre de l’Académie nationale de Metz depuis 2001.

               

              Publications sélectives (liste complète sur : https://uni-koln.academia.edu/ProfDrUrsulaSchattnerRieser)
              1. L‘Araméen des manuscrits de la mer Morte, I. Grammaire, Editions du Zèbre, Lausanne 2004.
              2. Textes araméens de la mer Morte. Édition bilingue, vocalisée et commentée, Éditions Safran, Bruxelles 2005.
              3. Études sémitiques et samaritaines offertes à Jean Margain, avec Chr.-B. Amphoux et A. Frey (éds.), Éditions du Zèbre, Lausanne 1998 ; 300p.
              4. Die Samaritaner und die Bibel/The Samaritans and the Bible, avec J. Frey et K. Schmid (éd.), De Gruyter, Berlin 2012.
              5. Les églises d’Ethiopie. Cultures et échanges culturels/Die Kirchen Äthiopien. Kultur und Kulturaustausch, avec J.N. Pérès, Peeters, Louvain 2013.
              6. 700 Jahre jüdische Präsenz in Tirol. Geschichte der Fragmente, Fragmente der Geschichte [700 Years of Jewish Presence in Tyrol. A History of Fragments], avec Josef M. Oesch (éd.), IUP, Innsbruck 2018.
              7. Abba. The Lord’s Prayer in the Context of Jewish-Aramaic Prayer Traditions in the Time of Jesus, dans : Prayer in the Sayings Gospel Q [Das Gebet in der Logienquelle Q.], Daniel A. Smith & Christoph Heil (éd.), Mohr-Siebeck, Tübingen 2019.
              Philippe TONDON

              ( à venir ) 

               

              Marie-Anne VANNIER

              ( à venir ) 

               

              Philippe WALTER

              Descendant d’une famille de verriers de Meisenthal connue depuis le XVIIe siècle, Philippe WALTER, né en 1952 à Metz, est professeur émérite à l’Université de Grenoble Alpes, essayiste, traducteur et conférencier (sur quatre continents). Il est l’auteur d’environ 300 articles scientifiques et d’une cinquantaine d’ouvrages dont certains traduits en neuf langues. Agrégé de lettres modernes (1975), docteur de troisième cycle en linguistique française (1979), il a enseigné aux lycées de Metz et de Thionville avant d’être appelé en Sorbonne (en 1982) comme assistant agrégé de littérature française. Après son doctorat d’État ès lettres (1987) de la Sorbonne (Paris IV), il a été nommé professeur titulaire de littérature française médiévale à l’Université de Grenoble en 1990. Il y a dirigé l’Institut de Lettres classiques et modernes avant de prendre la direction (en 1999) du Centre de Recherches sur l’Imaginaire (fondé par Gilbert Durand en 1966). Commandeur des Palmes Académiques, il a reçu le titre de docteur honoris causa en 2008.

              Ses recherches portent sur la littérature médiévale française, la mythologie comparée eurasiatique, la littérature arthurienne et les romans du graal, l’imaginaire et le mythe au Moyen Âge, mais aussi le folklore, la culture populaire et l’anthropologie culturelle, ainsi que la théorie de l’imaginaire et du mythe.

               

              Cinq ouvrages :
              1. [en collaboration avec Pierre Jean Luccioni], Pastori di Corsica (Bergers de Corse). Volume 1. Usi sacru è prufani (Rites et croyances), Ajaccio, Piazzola, 2016.
              2. Les croyances populaires au Moyen Âge, Paris, Gisserot, 2017.
              3. Ma Mère l’Oie. Mythologie et folklore dans le conte de fées, Paris, Imago, 2017.
              4. Lais du Moyen Âge. Récits de Marie de France et d'autres auteurs (XIIᵉ-XIIIᵉ siècle), Paris, Gallimard (Bibliothèque de la Pléiade), 2018.
              5. Eiyû no shinwateki shosô. Yûrashia shinwa shiron I (Aspects mythiques du héros. Essais de mythologie eurasiatique I), Tokyo, Chuo University Press, 2019 (en japonais, traduction de K. et Y. Watanabe).
              Rolf WITTENBROCK

              Né en 1946 en Allemagne du Nord, Rolf WITTENBROCK commence des études de philologie romane et d’histoire à l’université de la Sarre à Sarrebruck. Après une année à la Sorbonne, il termine ses études tertiaires à l’Université de Fribourg-en-Brisgau en 1972, où il obtient son examen d‘État.

              Il occupe ensuite un poste de professeur de français et d’histoire au Lycée franco-allemand de Sarrebruck. Les expériences faites au lycée binational l’amènent à entamer des recherches dans le domaine de la didactique de l’enseignement de l’histoire. Il devient ainsi membre de la Conférence franco-allemande des manuels d’histoire et de géographie. En 1989, il est appelé à un poste à l’Université de la Sarre, où il participe à un projet de recherches sur l’« Histoire de l’urbanisme dans la région transfrontalière ». Depuis 1999, il est directeur du Lycée franco-allemand de Sarrebruck. Entre 2003 et 2012, il participe comme membre fondateur au groupe de pilotage d’un manuel d’histoire commun à la France et à l’Allemagne. Entre 2007 et 2012, il retourne à l’université de la Sarre où il dirige le bureau de planification pour l’Europe. Depuis 2012 il est le gestionnaire de la Commission d’histoire pour le Land de Sarre.

              Rolf Wittenbrock est membre associé libre de l’Académie nationale de Metz.

               

              Publications principales
              1. Bauordnungen als Instrumente der Stadtplanung im Reichsland Elsaß-Lothringen (1870-1918). Aspekte der Urbanisierung im deutsch-französischen Grenzraum, Diss. St. Ingbert, 1989.
              2. Rolf Wittenbrock (Hg.), Geschichte der Stadt Saarbrücken, 2 Bde, Saarbrücken, 1999.
              3. Rolf Wittenbrock, Gérard Michaux und Paul Dostert (Hg.), Schule und Identitäts¬bildung in der Region Saar-Lor-Lux. Enseignement scolaire et formation d’identités collectives dans l‘espace Sarre-Lor-Lux, Saarbrücken, 1994.
              4. Rolf Wittenbrock und Rainer Hudemann (Hg.), Stadtentwicklung im deutsch-französisch-luxemburgischen Grenzraum, Saarbrücken, 1991.
              5. Divers articles et contributions concernant l’histoire régionale et transfrontalière ainsi que la didactique de l’histoire.

              Programme des séances mensuelles

              Programme des communications pour l’année académique 2023-2024

               

              5 octobre 2023

              Michel LOUYOT, lecture à deux voix : Si je vous dis Jitomir 

              Annette LEXA-CHOMARD, Les vaccins à ARN, entre espoir et réalité

               

              2 novembre 2023

              Franck COLOTTE, De quoi rêvaient les Grecs et les Romains ?

              Pierre SECK, Nos sentiments, rien que de la chimie ?

               

              7 décembre 2023

              – Marie-Agnès MIRGUET, L’évolution de la cour d’Assises

              Anne ADRIAN, La sculpture et la couleur dans l’art médiéval messin 

               

              4 janvier 2024

              Julien LEONARD, Le célibat des ecclésiastiques : un sujet en débat entre chrétiens au XVIIe siècle

              Marie-Reine DEMOLLIERE, Lettrine historiée et chant messin dans le sacramentaire de Drogon : une icône sonore médiévale ?

               

              1er février 2024

              Christiane MASSEL, Une saga artistique en Pays messin. Regards croisés sur les

              familles Kieffer, Thiam, Thiriot

              Catherine BONICHOT, Les us et coutumes du mariage du XIXe siècle à nos jours

               

              7 mars 2024

              Serge PERRINE, L’apport d’Alexandre Grothendieck six ans après sa disparition 

              – Gérard MAAS, Madame Clérel de Tocqueville, l’épouse du préfet absente de Metz

               

              4 avril 2024

              Pierre LABRUDE, Le beaume vert de Metz 

              Dominique TOUSSAINT, Ernest Hantz, chirurgien héroïque

               

              2 mai 2024

              Denis SCHAMING, Jean-Marie Rausch-André Rossinot : portraits croisés de deux maires bâtisseurs

              Jean-Joël GRIESBECK, Une grande puissance antique méconnue : l’empire hittite

               

              6 juin 2024

              Michelle LARCHEZ, Handicaps neuro-développementaux : pour un espace public accessible à la neuro-diversité

              Liens utiles

              Institut de France http://www.institut-de-france.fr/

              Académie Française http://www.academie-francaise.fr/

              Conférence nationale des Académies des Sciences, Lettres et Arts https://www.academies-cna.fr/

              Bibliothèque nationale de France https://www.bnf.fr/fr

              Académie d’Alsace des Sciences, Lettres et Arts  http://www.academie-alsace.fr/

              Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Besançon et de Franche-Comté http://www.acadsciences-besancon.asso.fr/

              Académie des Sciences, Arts et Belles-Lettres de Dijon https://www.academie-sabl-dijon.org/

              Academie nationale de Reims https://academie-nationale-reims.fr/

              BIBLIOTHèque

              Vous recherchez un ouvrage ?

              Pour retrouver un ouvrage répertorié au sein de notre bibliothèque et consultable sur place,
              commencez votre recherche en cliquant sur l’onglet ci-dessous.